1 SAMUEL 18 : 1 to 30 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

05/08/2016 19:12

1 SAMUEL 18 : 1 à 30 *** +
 

1 ¶  David avait achevé de parler à Saül. Et dès lors l’âme de Jonathan fut attachée à l’âme de David, et Jonathan l’aima comme son âme.

 

Jonathan l’aima. La loyauté et le dévouement qui caractérisaient l’attitude de Jonathan envers David étaient révélateurs du genre d’amour qui peut déboucher sur un pacte (v. #1S 18: 3). Hiram, roi de Tyr, eut le même genre d’affection pour David (#2S 5:11 ; #1R 5:1 ; #1R 9:11). Le règne de David à Jérusalem serait, par la suite, marqué par la loyauté envers l’alliance conclue avec Jonathan (#2S 9:1).

 

2  Ce même jour Saül retint David, et ne le laissa pas retourner dans la maison de son père.

 

ne le laissa pas retourner dans la maison. Cet intérêt de Saül pour David était plus un reflet de son égoïsme qu’un témoignage d’hospitalité. Saül n’oubliait pas sa promesse de lui donner sa fille et des richesses (#1S 17: 25), et il ressentait sans doute de l’angoisse ou de la peur face à la menace qu’il représentait. Il préférait l’avoir à la cour afin de garder un œil sur lui.

 

3  Jonathan fit alliance avec David, parce qu’il l’aimait comme son âme.

 

alliance. Voir le v. 1. D’autres allusions à cette profonde amitié se trouvent en #1S 19: 1 ; #1S 20: 8, #1S 20:13-17, #1S 20: 42 ; #1S 22: 8 ; #1S 23: 18.

 

4  Il ôta le manteau qu’il portait, pour le donner à David ; et il lui donna ses vêtements, même son épée, son arc et sa ceinture.

 

manteau …  ceinture. C’est volontairement et dans un esprit de soumission que Jonathan renonça à ses vêtements de dessus et à ses armes, éléments qui le désignaient comme prince d’Israël et héritier du trône. Pieux adorateur de l’Éternel, il avait rapidement discerné que David était l’oint de Dieu et, sans réserve, il offrit sa tenue de successeur au vrai roi d’Israël.

 

5  David allait et réussissait partout où l’envoyait Saül ; il fut mis par Saül à la tête des gens de guerre, et il plaisait à tout le peuple, même aux serviteurs de Saül.

6 ¶  Comme ils revenaient, lors du retour de David après qu’il eut tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël au-devant du roi Saül, en chantant et en dansant, au son des tambourins et des triangles, et en poussant des cris de joie.

7  Les femmes qui chantaient se répondaient les unes aux autres, et disaient : Saül a frappé ses mille, Et David ses dix mille.

 

David ses dix mille. Saül finit par haïr ce chant (cf. #1S 21: 11 ; #1S 28:5) parce qu’il rendait honneur à David plutôt qu’à lui.

 

8  Saül fut très irrité, et cela lui déplut. Il dit : On en donne dix mille à David, et c’est à moi que l’on donne les mille ! Il ne lui manque plus que la royauté.

 

la royauté. La jalousie et la malveillance de Saül envers David étaient désormais explicites. Il reconnaissait lui-même que David était l’héritier légitime au trône, celui dont Samuel lui avait parlé à Guilgal (#1S 15: 28).

 

9  Et Saül regarda David d’un mauvais œil, à partir de ce jour et dans la suite.

10  Le lendemain, le mauvais esprit de Dieu saisit Saül, qui eut des transports au milieu de la maison. David jouait, comme les autres jours, et Saül avait sa lance à la main.

 

le mauvais esprit. Le tragique déclin et, finalement, la mort de Saül furent marqués par les agressions constantes de cet esprit. Voir #1S 16: 14.

 

eut des accès de délire. Ou « prophétisa ». Il s’agissait ici des délires d’une personne troublée par un esprit mauvais, comme celui qui inspirait les faux prophètes (cf. #1R 22:19-23).

 

11  Saül leva sa lance, disant en lui-même : Je frapperai David contre la paroi. Mais David se détourna de lui deux fois.

 

David se détourna …  deux fois. Devenant de plus en plus violent, Saül chercha plusieurs fois à attenter à la vie de David avec sa lance. De toute évidence, Dieu était avec David, car ce n’était pas une petite affaire que d’esquiver une lance jetée par un soldat si expérimenté.

 

12 ¶  Saül craignait la présence de David, parce que l’Éternel était avec David et s’était retiré de lui.

 

Saül craignait …  David. Tirant les mêmes conclusions que Jonathan aux vv. #1S 18:1-4, Saül réagit, quant à lui, par la peur. Il envisageait la vie d’un point de vue humain plutôt que divin, et il ne pouvait donc considérer David que comme une menace personnelle, au lieu d’une bénédiction pour Israël.

 

13  Il l’éloigna de sa personne, et il l’établit chef de mille hommes. David sortait et rentrait à la tête du peuple ;

 

chef de mille hommes. Saül nomma David officier et l’envoya au combat, dans une sorte d’exil honorable. Mais cette tâche donna en fait l’occasion à David de se faire connaître comme un homme aux qualités remarquables et de s’attirer encore plus le soutien du peuple.

 

14  il réussissait dans toutes ses entreprises, et l’Éternel était avec lui.

15  Saül, voyant qu’il réussissait toujours, avait peur de lui ;

16  mais tout Israël et Juda aimaient David, parce qu’il sortait et rentrait à leur tête.

 

aimaient David. L’auteur de Samuel, inspiré par le Saint-Esprit, offre ici un commentaire rédactionnel plein de vérité.

 

17  Saül dit à David : Voici, je te donnerai pour femme ma fille aînée Mérab ; sers-moi seulement avec vaillance, et soutiens les guerres de l’Éternel. Or Saül se disait : Je ne veux pas mettre la main sur lui, mais que la main des Philistins soit sur lui.

 

Mérab. Littéralement « accroissement ». Cf. #1S 14: 49. La rétractation de Saül qui suivra (v. #1S 18: 19) est similaire à la supercherie de Laban vis-à-vis de Jacob concernant Rachel (#Ge 29:25).

 

soutiens les guerres de l’Éternel. Saül savait qu’une invitation de ce genre ne pouvait qu’interpeller David. C’était une offre tordue, qui visait en réalité à lui nuire. Remarquer la ressemblance entre la perfidie de Saül ici et l’attitude de David envers Urie (#2S 11:15).

 

18  David répondit à Saül : Qui suis-je, et qu’est-ce que ma vie, qu’est-ce que la famille de mon père en Israël, pour que je devienne le gendre du roi ?

 

le gendre du roi. Les origines familiales étaient cruciales dans le cadre d’un mariage avec un membre de la famille royale, d’où la question de David. Saül avait cherché par 3 fois à connaître les origines de David (#1S 17: 55, #1S 17: 56, #1S 17: 58).

 

19  Lorsque arriva le temps où Mérab, fille de Saül, devait être donnée à David, elle fut donnée pour femme à Adriel, de Mehola.

 

Adriel, de Mehola. Cinq enfants nés de cette union seraient, plus tard, exécutés par David pour sanctionner le mépris de Saül envers l’alliance conclue par Josué avec les Gabaonites (#2S 21:8 ; cf. #Jos 9:20).

 

20  Mical, fille de Saül, aima David. On en informa Saül, et la chose lui convint.

 

Mical. Littéralement « qui est comme Dieu? » Mical aimait sincèrement David et semblait consciente, tout comme Jonathan, de son accession certaine (et justifiée) au trône. L’ironie, c’est que Saül l’offrit à David, non pas avec dans des dispositions bienveillantes, mais afin qu’elle soit un « piège » pour lui (v. #1S 18: 21).

 

21  Il se disait : Je la lui donnerai, afin qu’elle soit un piège pour lui, et qu’il tombe sous la main des Philistins. Et Saül dit à David pour la seconde fois : Tu vas aujourd’hui devenir mon gendre.

22  Saül donna cet ordre à ses serviteurs: Parlez en confidence à David, et dites-lui : Voici, le roi est bien disposé pour toi, et tous ses serviteurs t’aiment ; sois maintenant le gendre du roi.

23  Les serviteurs de Saül répétèrent ces paroles aux oreilles de David. Et David répondit : Croyez-vous qu’il soit facile de devenir le gendre du roi ? Moi, je suis un homme pauvre et de peu d’importance.

24  Les serviteurs de Saül lui rapportèrent ce qu’avait répondu David.

25  Saül dit : Vous parlerez ainsi à David : Le roi ne demande point de dot ; mais il désire cent prépuces de Philistins, pour être vengé de ses ennemis. Saül avait le dessein de faire tomber David entre les mains des Philistins.

 

dot. Saül eut recours à la même supercherie que lors de son offre de fiançailles à Mérab: il prévoyait d’éliminer David en le mettant en péril. Ce dernier, dont la sagesse avait déjà pu être notée (#1S 16: 18), était dans une certaine mesure conscient des intentions du roi, mais il réagit par l’obéissance, la vaillance et la sagesse.

 

18:25, 27

prépuces. Ce genre de mutilation était couramment pratiqué sur les cadavres ennemis au cours des guerres antiques. Leur nombre indiquait l’importance de la victoire. Saül voulait exposer David à un danger mortel en exigeant un tel exploit.

 

26  Les serviteurs de Saül rapportèrent ces paroles à David, et David agréa ce qui lui était demandé pour qu’il devînt gendre du roi. (18-27) Avant le terme fixé,

27  David se leva, partit avec ses gens, et tua deux cents hommes parmi les Philistins ; il apporta leurs prépuces, et en livra au roi le nombre complet, afin de devenir gendre du roi. Alors Saül lui donna pour femme Mical, sa fille.

 

ses gens. Cf. #1S 22: 2 ; #1S 25:12-13 ; #2S 23:8-39.

 

28  Saül vit et comprit que l’Éternel était avec David ; et Mical, sa fille, aimait David.

29  Saül craignit de plus en plus David, et il fut toute sa vie son ennemi.

 

il fut …  son ennemi. Tous les plans de Saül avaient échoué: il avait demandé 100 prépuces de Philistins, David en avait ramené 200; il lui avait offert Mical en mariage pour le piéger, elle l’aimait tout autant que son propre fils Jonathan. Il ne restait rien d’autre à Saül que de concevoir une haine farouche envers lui.

 

30  Les princes des Philistins faisaient des excursions ; et chaque fois qu’ils sortaient, David avait plus de succès que tous les serviteurs de Saül, et son nom devint très célèbre.

 

1 SAMUEL 18 : 1 to 30 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ David had finished speaking to Saul. And therefore the soul of Jonathan was knit with the soul of David, and Jonathan loved him as his own soul.

 

Jonathan loved him. The loyalty and devotion that characterized Jonathan's attitude toward David was indicative of the kind of love that can lead to a covenant (v # 1S. 18: 3). Hiram, king of Tyre, had the same kind of affection for David (# 2S 5:11; # 1R 5: 1; # 1R 9:11). David's reign in Jerusalem would be subsequently marked by loyalty to the alliance with Jonathan (# 2S 9: 1).

 

2 That same day Saul took him and not let him go home to his father.

 

do not let him go home. This interest for Saul David was more a reflection of his selfishness that hospitality testimony. Saul did not forget his promise to give him his daughter and wealth (# 1S 17: 25), and he probably felt anxiety or fear facing the threat he represented. He preferred to have the court order to keep an eye on him.

 

3 Jonathan made a covenant with David because he loved him as his own soul.

 

alliance. View v. 1. Other allusions to the profound friendship lie # 1S 19: 1; # 1S 20: 8, # 1S 20: 13-17, # 1S 20: 42; # 1S 22: 8; # 1S 23: 18.

 

4 He took off the robe that was to give it to David; and he gave him his clothes, even his sword, his bow and his belt.

 

... coat belt. It is deliberately and in a spirit of submission that Jonathan gave up his garments and his weapons, items designated as the prince of Israel and heir to the throne. Pious worshiper of the Lord, he quickly discerned that David was God's anointed and unreservedly he offered his successor held the true king of Israel.

 

5 David was successful and wherever Saul sent him; he Saul set him at the head of the soldiers, and it pleased all the people, even the servants of Saul.

¶ 6 As they came, when David returned after he slew the Philistine, the women came out of all the cities of Israel to meet King Saul, singing and dancing to the sound of tambourines and triangles and pushing for joy.

7 The women sang answered one another, and said, Saul has slain his thousands, and David his ten thousands.

 

David his ten thousands. Saul eventually hate this song (see # 1S 21: 11; # 1S 28: 5) because he paid honor to David, rather than him.

 

8 Saul was very angry, and it displeased him. He said, They have ascribed unto David ten thousands, and it is to me that we give the thousand! It lacks more than royalty.

 

the royalty. Jealousy and malice of Saul to David were now explicit. He himself recognized that David was the rightful heir to the throne, one of which Samuel had spoken to him at Gilgal (# 1S 15: 28).

 

9 Saul looked at David with suspicion from that day and thereafter.

10 The next day the evil spirit from God came upon Saul, and he prophesied in the middle of the house. David played, like the other day, and Saul had his spear in his hand.

 

the evil spirit. The tragic decline and ultimately the death of Saul were marked by constant attacks of this spirit. See # 1S 16: 14.

 

was delirious outbursts. Or "prophesied". It was here delusions of a person troubled by an evil spirit, like that which inspired the false prophets (cf. # 1R 22: 19-23).

 

11 And Saul cast the spear, saying to himself, I will smite David against the wall. But David eluded him twice.

 

David turned away ... twice. Becoming increasingly violent, Saul sought several times to attempt the life of David with his spear. Obviously, God was with David, because it was not a small matter to dodge a spear thrown by so experienced soldier.

 

12 ¶ And Saul was afraid of David, because the LORD was with David and had left him.

 

Saul was afraid ... David. Drawing the same conclusions as Jonathan in vv. # 1S 18: 1-4, Saul reacts, meanwhile, by fear. He envisaged the life of a human perspective rather than divine, and he could not therefore consider that David as a personal threat, instead of a blessing to Israel.

 

13 He removed him from him, and made him head of a thousand men. David went out and came in before the people;

 

Chief thousand. Saul appointed David officer and sent to fight in a sort of exile honorable. But this task actually gave the opportunity for David to be known as a man of outstanding qualities and to attract more popular support.

 

14 he succeeded in all his undertakings, and the Lord was with him.

15 Saul saw that he always succeeded, was afraid of him;

16 But all Israel and Judah loved David, because he went out and came in before them.

 

loved David. The author of Samuel, inspired by the Holy Spirit, offer editorial comment here full of truth.

 

17 Saul said to David, Behold, I give thee to wife my elder daughter Merab; only serve me bravely and supports the wars of the Lord. Saul said: I will not get hold of him, but the hand of the Philistines be upon him.

 

Merab. Literally "growth". See # 1S 14: 49. The withdrawal will follow Saul (v # 1S. 18: 19) is similar to the deception of Laban vis-à-vis Jacob for Rachel (#Ge 29:25).

 

support the wars of the Lord. Saul knew that such invitation could qu'interpeller David. It was a twisted offer, which was in reality harm it. Note the similarity between the perfidy of Saul here and attitude towards David Urie (# 2S 11:15).

 

18 David said to Saul: Who am I, and what is my life, what my father's family in Israel, that I should be the king's son in law?

 

the king's son. Family origins were crucial in the context of a marriage with a member of the royal family, hence the question of David. Saul had tried 3 times to know the origins of David (# 1S 17: 55 # 1S 17: 56 # 1S 17: 58).

 

19 When the time came for Merab, Saul's daughter should have been given to David, she was given in marriage to Adriel of Meholah.

 

Adriel the Meholathite. Five children were born of this union, later executed by David to punish contempt of Saul to the alliance with the Gibeonites by Joshua (2S # 21: 8; cf. #Jos 9:20).

 

20 Michal daughter of Saul loved David. They told Saul, and the thing pleased him.

 

Mical. Literally "who is like God? "Michal loved David and sincerely seemed conscious, like Jonathan, some of his accession (and justified) to the throne. The irony is that Saul gave it to David, not with benevolent in provisions, but that it is a "trap" for him (v # 1S. 18: 21).

 

21 He said, I will give him her, that she may be a snare for him, and it falls under the hand of the Philistines. And Saul said to David a second time, Thou shalt this day be my son.

22 Saul commanded his servants, Speak with David secretly, and say unto him, Behold, the king has delight in thee, and all his servants love you; now therefore be the king's son.

23 And Saul's servants spake those words in the ears of David. David answered: Do you think it is easy to become the king's son in law? I am a poor man and of little importance.

24 And Saul's servants told him what had replied David.

25 Saul said, Thus shall you say to David: The king does demand any dowry; but an hundred foreskins of the Philistines, to be avenged of his enemies. Saul thought to make David fall by the hand of the Philistines.

 

dowry. Saul used the same trick that during his engagement offers Merab: he planned to eliminate David by putting it in jeopardy. The latter, whose wisdom had been noted (# 1S 16: 18), was to some extent aware of the king's intentions, but he responds by obedience, valor and wisdom.

 

18: 25 , 27

foreskins. This kind of mutilation was commonly practiced on enemy corpses during ancient wars. The number indicated the importance of the victory. Saul wanted to expose David to mortal danger by requiring such a feat.

 

26 And Saul's servants reported these words to David, and David Agrea what was asked for him to become in-law of the king. (18-27) before the fixed term,

27 David arose and went, with his men, and slew two hundred men among the Philistines; brought their foreskins, and the king gave them in full number to be the king's son. Saul gave him to wife his daughter Michal.

 

its people. # 1S cf. 22: 2; # 1S 25: 12-13; # 2S 23: 8-39.

 

28 Saul saw and knew that the Lord was with David; and Michal his daughter, loved David.

29 Saul feared David more and more and it was all his life his enemy.

 

... he was his enemy. All plans Saul had failed: he had asked 100 foreskins of the Philistines, David had brought in 200; he offered him Michal in marriage to the trap, she loved him as much as his own son Jonathan. There was nothing else to Saul than designing a fierce hatred towards him.

 

30 The lords of the Philistines were excursions; and whenever they went out, David had more success than all the servants of Saul, and his name became very famous.

http://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/

APOCALYPSE OR REVELATION 1: 1 à 20

01/01/2017 23:57
Sujet de ce livre  - Adresse et salutation  - La venue du Christ  - Jésus-Christ se révèle à Jean et Lui ordonne d'écrire aux pasteurs des sept Eglises d'Asie   Apocalypse 1 : 1-20***Revelation 1 : 1-20 1:1 Révélation de Jésus-Christ, qu'il a reçue de...
01/12/2016 00:01
PAROLES DE JÉSUS-CHRIST  EN ROUGES   Apocalypse 1 : 1 À 20 *** + NOTES DE JOHN MACARTHUR   1 ¶  Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son...
09/08/2013 11:56
BIBLE AUDIO FRANÇAIS OU ANGLAIS FRENCH OR ENGLISH AUDIO BIBLE www.enseignemoi.com/bible/audio/
Objets: 1 - 3 Sur 3

Contact