EXODE 20 : 1 À 26 + ***EXODUS 20 : 1 à 26 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

20/07/2015 08:26

EXODE 20 : 1 À 26 + ***

1 ¶  Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant:

toutes ces paroles. Moïse appela cette description générale de l’attitude à adopter « les dix paroles » ou « les dix commandements » (#Ex 34:28 ; #De 4:13). Comme il est bien précisé que Dieu lui-même prononça ces paroles (cf. #De 5:12, #De 5:15-16, #De 5:22, #De 5:32-33), toutes les théories selon lesquelles Israël aurait emprunté ces lois ou concepts aux nations environnantes sont inacceptables.

2  Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude.

3  Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.

devant ma face. La traduction « contre moi » conviendrait mieux, compte tenu de la suite. Tous les faux dieux sont en opposition au vrai Dieu, et leur adoration est incompatible avec celle de Yahvé. Lorsque Israël abandonna l’adoration du seul vrai Dieu, la nation sombra dans la confusion religieuse (#Jug 17:1-18:2).

20:3-17 Les dix commandements  aussi désignés sous le terme de décalogue - qui suivent le prologue historique (v. #Ex 20: 2) sont présentés sous la forme de préceptes ou d’ordres directs donnés à la deuxième personne. Cette forme était plutôt inhabituelle à l’époque. Dans le Proche-Orient antique, les codes civils se rapprochaient le plus souvent de la casuistique ou de la jurisprudence quant à la forme, avec des constructions « si …  alors » à la troisième personne où l’offense éventuelle était suivie de l’action réparatrice ou de la punition exigée. Les dix commandements peuvent être répartis en deux catégories: celle des commandements verticaux, qui traitent de la relation de l’homme avec Dieu (vv. #Ex 20:2-11), et celle des commandements horizontaux, qui traitent de la relation de l’homme avec la communauté (vv. #Ex 20: 12-17). La seconde catégorie est caractérisée par une série de brèves interdictions, à l’exception du v. 12, qui est constitué d’un impératif et d’un développement. Quant à la première catégorie, elle se compose certes d’interdictions, mais elles sont toutes accompagnées d’explications. Grâce à ces dix commandements, la véritable théologie et le véritable culte, le nom de Dieu et le sabbat, le respect familial, la vie, le mariage et la propriété, la vérité et la vertu sont bien protégés.

4  Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.

20:4-6 Le culte rendu à un seul Seigneur interdit toute tentative de le représenter ou le caricaturer en recourant à quelque chose qu’il a créé. Il ne s’agit pas ici d’une censure de toute expression artistique, mais d’une interdiction absolue de l’idolâtrie et des faux cultes. La violation de ce commandement serait très préjudiciable aux générations successives, car l’Éternel exigeait une consécration totale et exclusive; il est un Dieu jaloux (cf. #Ex 34:14 ; #De 4:24 ; #De 5:9). L’adoration d’images fabriquées par des hommes ne correspond à rien moins qu’à de la haine envers le vrai Dieu.

5  Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent,

20:5-6

jusqu’à la troisième et quatrième génération …  mille. Moïse dit clairement que les enfants ne sont pas punis pour les péchés de leurs parents (#De 24: 16 ; voir #Ez 18: 19-32); ils subissent néanmoins l’influence des infractions à la loi divine commises par ceux-ci, et ce par une conséquence naturelle de leur désobéissance, de leur haine envers Dieu. Les enfants éduqués dans un milieu idolâtre s’en imprègnent et suivent ensuite l’exemple de leurs parents, développant eux-mêmes de la haine envers Dieu. La différence de conséquences ainsi soulignée sert à la fois d’avertissement et de stimulant: l’influence d’une génération désobéissante entraînait un enracinement si profond de l’impiété qu’il fallait plusieurs générations pour changer du tout au tout.

6  et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements.

7  Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.

prendras point le nom …  en vain. Utiliser le nom de Dieu de manière à discréditer son caractère ou ses actes, c’est lui manquer sérieusement de respect. Ne pas respecter un serment dans lequel vous aviez prononcé de façon légitime le nom divin (cf. #Ex 22:10-11 ; #Lé 19: 12 ; #De 6:13) revenait à mettre en doute l’existence de Dieu, puisque vous ne pensiez, de toute évidence, plus à celui dont vous aviez utilisé le nom pour assurer l’autre partie de votre intégrité. Pour le chrétien, l’emploi du nom de Dieu en vue de prouver ses bonnes intentions et sa loyauté est inutile, puisqu’il doit dire la vérité en toute occasion et que son « oui » doit signifier « oui », et son « non » signifier « non » (#Mt 5:37 ; #Ja 5:12).

8  Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.

jour du repos. Cf. #Ex 31:12-17. Chaque septième jour appartenait à l’Éternel et était mis à part (c’est-à-dire saint) pour le repos et pour le culte de Yahvé. Aucun travail ne devait être effectué ce jour-là. Le terme « sabbat » transcrit un mot hébreu désignant le repos, l’inactivité. Son origine remonte à la création: selon le récit qui en est fait, Dieu se reposa de toute son œuvre le septième jour, et l’homme était appelé à l’imiter. Chaque sabbat devait aussi rappeler à l’adorateur israélite que le Dieu qu’il louait avait effectivement tout amené à l’existence en 6 jours de 24 heures. Par conséquent, ce commandement contrecarrait les idées évolutionnistes présentes dans les fausses religions. Lors de la répétition du décalogue, Moïse associa l’observation du sabbat à l’exode et spécifia que c’était la raison pour laquelle Israël devait le respecter (#De 5:12-15). Il est significatif que le commandement de respecter le sabbat ne soit pas répété dans le N.T., contrairement aux neuf autres. En fait, il est même annulé (cf. #Col 2:16-17)VOIR ***NOTE EN BAS***. Spécifiquement lié à la dispensation mosaïque, le sabbat ne peut s’appliquer au croyant de l’ère de l’Église, puisqu’il vit sous un nouveau régime.

9  Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.

10  Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.

11  Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié.

12 ¶  Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.

Honore ton père et ta mère. La clé de la stabilité sociale réside dans l’honneur et le respect accordés aux parents et à leur autorité. A l’origine, la promesse du v. 12 était liée à la vie dans le pays promis et rappelait aux Israélites le plan de Dieu pour eux. Sur leur territoire, Dieu s’attendait à ce qu’ils ne tolèrent aucune délinquance juvénile car, dans le fond, elle manifeste un manque de respect envers les parents et l’autorité. Celui qui violait ce commandement encourait la peine capitale (cf. #De 21:18-21). L’exil à Babylone serait en partie dû au mépris envers les parents (#Ez 22: 7, #Ez 22: 15). L’apôtre Paul personnalisa cette promesse nationale lorsqu’il l’appliqua aux chrétiens de son époque (cf. #Mt 15: 4 ; #Mr 7:10 ; #Ep 6:1-3).

20:12-16 Cf. #Mt 19:18-19 ; #Mr 10:19 ; #Lu 18: 20.

13  Tu ne tueras point.

tueras point. Le caractère irréversible de la peine de mort imposée par Dieu à l’auteur d’un homicide volontaire (cf. #Ex 21: 12 ; #No 35:17-21) est sans parallèle dans la littérature et les codes civils du Proche-Orient ancien (cf. #Ge 9:5-6). Le caractère sacré de la vie humaine ressort par ailleurs des passages relatifs à l’homicide involontaire: l’auteur d’un accident mortel était banni et cloîtré dans une ville de refuge jusqu’à la mort du souverain sacrificateur en exercice. Un examen minutieux du mot que Moïse emploie (l’un des 7 mots hébreux pour « tuer », qui est utilisé seulement 47 fois dans l’A.T.) suggère la traduction large de « tuer », mais dans le cadre d’un système légal où le meurtrier devrait répondre aux stipulations d’un code civil, qu’il ait tué intentionnellement ou non. Ce commandement encourageait les hommes à bien gérer tous les domaines de la vie afin de n’être responsables de la mort de personne. (cf. #Mt 5:21 ; #Ja 2:11).

20:13-15 Cf. #Ro 13:9.

14  Tu ne commettras point d’adultère.

adultère. Applicable aux hommes comme aux femmes, ce commandement protégeait le caractère sacré du mariage. Dieu avait institué le mariage au moment où il avait créé l’homme et la femme (#Ge 2:24) et l’avait béni, car il représentait le moyen de remplir la terre (#Ge 1:28). La mort était la punition en cas d’infidélité dans la relation conjugale (#Lé 20: 10). L’adultère est aussi désigné comme un « grand péché » (#Ge 20: 9) et comme « un grand mal …  contre Dieu » (cf. #Ge 39:9 ; #Mt 5:27 ; #Ja 2:11).

15  Tu ne déroberas point.

déroberas. Tout bien acquis malhonnêtement perturbe grandement le droit de propriété, qui est un principe important pour la stabilité de la société.

16  Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.

faux témoignage. Un témoignage mensonger ne contribue pas à l’exercice de la justice. Presque toutes les sociétés ont reconnu l’importance de ce principe et exigent que les témoins prêtent serment, au tribunal, pour s’engager à ne dire que la vérité.

17  Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.

convoiteras. Les pensées et les désirs du cœur n’échappent pas à l’attention. Il est faux de désirer ardemment posséder ce qui appartient à autrui. Ce dixième commandement laisse supposer que les neuf précédents n’avaient pas seulement trait aux actes extérieurs mais étaient aussi liés au domaine des pensées (cf. #Mt 15: 19 ; #Ro 7:7 ; #Ro 13: 9).

18 ¶  Tout le peuple entendait les tonnerres et le son de la trompette ; il voyait les flammes de la montagne fumante. A ce spectacle, le peuple tremblait, et se tenait dans l’éloignement.

tremblait, et se tenait dans l’éloignement. Plein de crainte, tout le peuple se tint à distance des phénomènes qui accompagnaient la théophanie, l’apparition de Dieu sur la montagne. Ils reconnurent instinctivement le rôle de médiateur à Moïse, car le fossé entre leur Dieu saint et eux était si grand qu’ils avaient peur de ne pas être assez bons pour survivre en sa présence (v. #Ex 20: 19).

19  Ils dirent à Moïse : Parle-nous toi-même, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle point, de peur que nous ne mourions.

que Dieu ne nous parle point. Craignant pour leur vie, ils prièrent Moïse d’être leur médiateur (cf. #Hé 12:18-21).

20  Moïse dit au peuple : Ne vous effrayez pas ; car c’est pour vous mettre à l’épreuve que Dieu est venu, et c’est pour que vous ayez sa crainte devant les yeux, afin que vous ne péchiez point.

Appelés à ne pas avoir peur du phénomène dont ils étaient témoins, ils apprirent que la véritable crainte, c’est-à-dire le profond respect envers Dieu, dissuade de commettre le péché.

21  Le peuple restait dans l’éloignement ; mais Moïse s’approcha de la nuée où était Dieu.

22 ¶  L’Éternel dit à Moïse : Tu parleras ainsi aux enfants d’Israël : Vous avez vu que je vous ai parlé depuis les cieux.

20:22-26 Les sacrifices, les offrandes et les autels n’étaient pas inconnus et faisaient déjà partie de certaines cérémonies cultuelles. L’interdiction de sculpter les autels de terre et de pierre pour qu’ils représentent quelque chose de précis, avec les restrictions qu’elle entraînait sur la forme et la méthode de construction, garantissait la justesse et la bienséance du culte. #Lé 1:1-7:2 décrit les sacrifices mosaïques.

23  Vous ne ferez point des dieux d’argent et des dieux d’or, pour me les associer ; vous ne vous en ferez point.

24  Tu m’élèveras un autel de terre, sur lequel tu offriras tes holocaustes et tes sacrifices d’actions de grâces, tes brebis et tes bœufs. Partout où je rappellerai mon nom, je viendrai à toi, et je te bénirai.

25  Si tu m’élèves un autel de pierre, tu ne le bâtiras point en pierres taillées ; car en passant ton ciseau sur la pierre, tu la profanerais.

26  Tu ne monteras point à mon autel par des degrés, afin que ta nudité ne soit pas découverte.

*** COL. 2 : 16 ¶  Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: 17  c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.

 

EXODUS 20 : 1 à 26 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

1 ¶ And God spake all these words, saying:

all these words. Moses called this general description of the attitude to adopt "ten words" or "ten commandments" (34:28 #Ex; # of 4:13). As it is very clear that God himself spoke these words (see # of 5:12 # of 5: 15-16 # of 5:22, # of 5: 32-33), all theories that Israel would have borrowed concepts such laws or to surrounding nations are unacceptable.

2 I am the Lord your God, who brought you out of Egypt, from the house of bondage.

3 Thou shalt have no other gods before me.

before me. The translation "against me" would be more appropriate, given later. All false gods are in opposition to the true God, and worship is incompatible with that of Yahweh. When Israel gave up the worship of the one true God, the nation sank into religious confusion (#Jug 17: 1-18: 2).

20: 3-17 The Ten Commandments also referred to as the Decalogue - following the historical prologue (#Ex v. 20: 2) are presented in the form of precepts or direct orders to the second person. This form was quite unusual at the time. In the ancient Near East, the civil codes were close in most cases of casuistry or jurisprudence as to the form, with construction "if ... then" in the third person where the possible offense was followed by the action Restorative and the required punishment. The Ten Commandments can be divided into two categories: the vertical commandments that deal with man's relationship with God (vv #Ex. 20: 2-11), and the horizontal commandments that deal with the relationship the man with the community (vv #Ex. 20: 12-17). The second category is characterized by a series of short bans, except v. 12, which consists of an imperative and a development. As to the first category, it certainly consists of prohibitions, but they are all with explanations. With these ten commandments, the true theology and the true worship, the name of God and the Sabbath observance family, life, marriage and property, truth and virtue are well protected.

4 Thou shalt not make unto thee any graven image, or any likeness of things which are in heaven above, or that is in the earth, and are in the water under the earth.

20: 4-6 The worship one Lord forbids any attempt to represent it or by resorting to caricature something he created. There is no question here of a censorship of artistic expression, but an absolute prohibition of idolatry and false worship. The violation of this commandment would be very detrimental to succeeding generations, because the Lord required a total and exclusive consecration; is a jealous God (cf. 34:14 #Ex; # of 4:24; # of 5: 9). The worship of images made by men corresponds to nothing less than hatred toward the true God.

5 You shall not bow down to them, and you shall not serve them; for I the LORD thy God am a jealous God, visiting the iniquity of the fathers upon the children unto the third and fourth generation of them that hate me;

20: 5-6

unto the third and fourth generation ... thousand. Moses made it clear that children are not punished for the sins of their parents (# of 24: 16; see #Ez 18: 19-32); they still are influenced by the divine law offenses committed by them, and as a natural consequence of their disobedience, their hatred towards God. Children educated in an idolatrous environment become impregnated and then follow the example of their parents, themselves developing hatred towards God. The difference thus underlined consequences serves as both warning and stimulating: the influence of a disobedient generation led so deeply rooted impiety he had several generations to change dramatically all.

6 And showing mercy unto thousands of them that love me and keep my commandments.

7 Thou shalt not take the name of the Lord thy God in vain; for the LORD will not hold him guiltless that taketh his name in vain.

... take the name in vain. Using God's name in order to discredit his character or his actions, is to miss him serious respect. Not respecting an oath in which you legitimately pronounced the divine name (see #Ex 22: 10-11; Lev # 19: 12; # of 6:13) returned to doubt the existence of God, as you thought, obviously, more to the one you had used the name to make the other part of your integrity. For the Christian, the use of God's name in order to prove its good intentions and loyalty is useless, since it must tell the truth at every opportunity and that his "yes" must mean "yes" and "no "mean" no "(#Mt 5:37; #Ja 5:12).

8 Remember the sabbath day, to keep it holy.

day of rest. See #Ex 31: 12-17. Every seventh day belonged to Jehovah and was set apart (that is to say saint) for rest and for the worship of Yahweh. No work was to be done that day. The word "Sabbath" transcribed a Hebrew word for rest, inactivity. Its origin dates back to creation: according to the story that is made, God rested from all his work on the seventh day, and the man was called to imitate. Every Sabbath was also to remind the Jewish worshiper as he praised God had actually brought into existence everything in 6 days 24 hours. Therefore, this commandment thwarted evolutionary ideas present in false religions. When repeating the Decalogue, Moses associations Sabbath observance to the exodus and specified that it was the reason Israel had to respect the (# of 5: 12-15). It is significant that the commandment to observe the Sabbath is not repeated in the NT, unlike the other nine. In fact, he even canceled (see #Col 2: 16-17) *** SEE NOTE BELOW ***. Specifically related to the Mosaic dispensation, the Sabbath can not be applied to the believer of the Church Age, since he lives under a new regime.

9 You shall labor six days, and do all thy work.

10 But the seventh day is the sabbath of the Lord thy God: thou shalt not do any work, thou, nor thy son, nor thy daughter, nor your manservant, or your maidservant, or your cattle, or the alien within your gates.

11 For in six days the Lord made heaven and earth, the sea, and all that is in them, and rested the seventh day: wherefore the Lord blessed the Sabbath day and hallowed it.

12 ¶ Honour thy father and thy mother, that thy days may be long upon the land which the LORD thy God giveth thee.

Honor your father and your mother. The key to social stability lies in the honor and respect accorded to parents and their authority. Originally, the promise of v. 12 was related to life in the promised land and reminded the Israelites God's plan for them. On their territory, God expected them not tolerate any juvenile delinquency, because in the background, it shows a lack of respect for parents and authority. Whoever violates this commandment incur the death penalty (see # of 21: 18-21). The Babylonian exile would be partly due to disregard parents (#Ez 22: 7, #Ez 22: 15). The apostle Paul Customisable this national promise when applied it to the Christians of his time (cf. #Mt 15: 4; 7:10 #Mr; #EP 6: 1-3).

20: 12-16 #Mt cf. 19: 18-19; 10:19 #Mr; #Lu 18: 20.

13 Thou shalt not kill.

kill. The irreversibility of the death penalty imposed by God the author of intentional homicide (see #Ex 21: 12; #No 35: 17-21) is unparalleled in the literature and the civil codes of the Near Ancient East (cf. #Ge 9: 5-6). The sanctity of human life is also clear passages relating to manslaughter: the author of a fatal accident was banned and cloistered in a city of refuge until the death of the high priest in office. Careful examination of the word that Moses uses (one of seven Hebrew words for "kill", which is only used 47 times in the OT) suggests the wide translation "kill", but in the context of a legal system where the murderer should meet the stipulations of the Civil Code, he killed intentionally or unintentionally. This commandment encouraged men to manage all areas of life to being responsible for the death of anyone. (See #Mt 5:21; #Ja 2:11).

20: 13-15 Cf. #Ro 13: 9.

14 Thou shalt not commit adultery.

adultery. Applicable to both men and women, this commandment protected the sanctity of marriage. God instituted marriage when he created man and woman (#Ge 2:24) and blessed him because it was the means to fill the earth (#Ge 1:28). Death was the punishment in case of infidelity in the marriage relationship (# Lev 20: 10). Adultery is also designated as a "great sin" (#Ge 20: 9) and as "a great evil against God ..." (cf. #Ge 39: 9; 5:27 #Mt; #Ja 2:11) .

15 You shall not steal.

steal. Any property acquired dishonestly greatly disrupts the right to property, which is an important principle for the stability of society.

16 Thou shalt not bear false witness against thy neighbor.

perjury. Untruthful testimony does not contribute to the exercise of justice. Almost all companies have recognized the importance of this principle and require that witnesses are sworn in court to undertake not to say the truth.

17 You shall not covet your neighbor's house; you shall not covet your neighbor's wife, nor his manservant, nor his maidservant, nor his ox, nor his ass, nor anything that is thy neighbor's.

covet. The thoughts and desires of the heart do not escape attention. It is not true longing to possess what belongs to others. The tenth commandment suggests that previous nine were not only related to external acts but were also related to the field of thoughts (see #Mt 15: 19; #Ro 7: 7; #Ro 13: 9).

18 ¶ And all the people heard the thunder and the sound of the trumpet; he saw the flames of the mountain smoking. At this sight, the people trembled, and stood afar off.

trembled, and stood afar off. Full of fear, all the people stood afar phenomena that accompanied the Theophany, the appearance of God on the mountain. They instinctively recognized the role of mediator Moses, as the gap between them and their holy God was so great that they were afraid of not being good enough to survive in his presence (v #Ex. 20: 19).

19 They said to Moses, Speak to us yourself and we will listen; but let not God speak with us, lest we die.

God does speak to us. Fearing for their lives, they begged Moses to be their mediator (see # Heb 12: 18-21).

20 And Moses said unto the people, Fear not; as it is for you to test that God came, and it is for you to have his fear before the eyes, that ye sin not.

Called to not be afraid of the phenomenon they witnessed, they learned that the true fear is to say, the profound respect for God, deters from committing sin.

21 And the people stood afar off; Moses drew near the thick darkness where God was.

¶ 22 The LORD said to Moses, Thus shalt thou say to the Israelites: You have seen that I have talked with you from heaven.

20: 22-26 Sacrifices and offerings and altars were not unknown and already part of certain religious ceremonies. The ban sculpt the altars of earth and stone that they represent something specific with the restrictions it entailed on the form and method of construction, guaranteed the fairness and propriety of worship. # Lev 1: 1-7: 2 describes the Mosaic sacrifices.

23 Ye shall not make gods of silver and gods of gold, to associate me; you shall do to you not.

24 Thou shalt make me an altar of earth on which your burnt offerings and your peace offerings, your sheep and your oxen. Everywhere I record my name I will come to you and bless you.

25 If you make me an altar of stone, thou shalt not build it of hewn stones; because through thy tool upon it, thou hast polluted it.

26 Thou shalt not go up to my altar by steps, that thy nakedness be not discovered.

*** COL. 2: 16 ¶ Let no man therefore judge you in meat, or in drink, or regarding a festival or a new moon or a sabbath day: 17 which are a shadow of things to come, but the body is of Christ.

http://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/

APOCALYPSE OR REVELATION 1: 1 à 20

01/01/2017 23:57
Sujet de ce livre  - Adresse et salutation  - La venue du Christ  - Jésus-Christ se révèle à Jean et Lui ordonne d'écrire aux pasteurs des sept Eglises d'Asie   Apocalypse 1 : 1-20***Revelation 1 : 1-20 1:1 Révélation de Jésus-Christ, qu'il a reçue de...
01/12/2016 00:01
PAROLES DE JÉSUS-CHRIST  EN ROUGES   Apocalypse 1 : 1 À 20 *** + NOTES DE JOHN MACARTHUR   1 ¶  Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son...
09/08/2013 11:56
BIBLE AUDIO FRANÇAIS OU ANGLAIS FRENCH OR ENGLISH AUDIO BIBLE www.enseignemoi.com/bible/audio/
Objets: 1 - 3 Sur 3

Contact