EXODE 38 : 1 À 31 *** + EXODUS 38 : 1 à 31 NOTES TO JOHN MACARTHUR

25/08/2015 16:40

EXODE 38 : 1 À 31 *** +

¶  En ce temps-là, Juda s’éloigna de ses frères, et se retira vers un homme d’Adullam, nommé Hira.

Adullam. Ville située à 1,6 km au nord-ouest d’Hébron.

38:1-30 Cet interlude relatif à Juda constitue comme une parenthèse dans le récit de Joseph, qu’il interrompt (#Ge 37:36 et #Ge 39:1 parlent de sa vente). Pourquoi un chapitre marqué par la méchanceté, l’immoralité et les subterfuges devait-il se trouver là? En fait, les événements rapportés sont à la bonne place d’un point de vue chronologique, étant contemporains de l’esclavage de Joseph en Égypte (v. #Ge 38:1: « en ce temps-là »). Du point de vue généalogique, le récit est aussi à la bonne place; en effet, puisque Joseph était parti (apparemment pour de bon) et Ruben, Siméon et Lévi mal vus (pour raisons d’inceste et de perfidie), Juda faisait office de candidat au statut de premier-né. Mais quel contraste entre son immoralité et le caractère vertueux de Joseph! La religion cananéenne, avec son syncrétisme inclusif, menaçait d’absorber la quatrième génération  et les suivantes - des héritiers d’Abraham; l’exil en Égypte, avec la ségrégation ethnique qui le caractériserait, allait permettre aux Israélites de conserver leur identité, au lieu de la perdre.

2  Là, Juda vit la fille d’un Cananéen, nommé Schua ; il la prit pour femme, et alla vers elle.

38:2-5 En se séparant de ses frères, Juda prit de la distance non seulement sur le plan géographique, mais aussi par l’intégration au pays que cela impliquait: il eut trois fils de son épouse cananéenne.

3  Elle devint enceinte, et enfanta un fils, qu’elle appela Er.

4  Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, qu’elle appela Onan.

5  Elle enfanta de nouveau un fils, qu’elle appela Schéla ; Juda était à Czib quand elle l’enfanta.

6  Juda prit pour Er, son premier-né, une femme nommée Tamar.

38:6-10 Deux fils de Juda furent mis à mort par l’Éternel: l’un à cause de sa méchanceté, l’autre pour avoir délibérément refusé d’épouser la veuve de son frère, selon la coutume dite du lévirat. C’était plutôt une triste manière de se distinguer, pour la lignée de Juda! À propos du lévirat dans la loi de Moïse :

La loi du lévirat (du latin levir, « beau-frère ») prescrivait à un homme d’épouser la veuve de son frère mort sans enfants afin de lui donner un héritier. L’homme pouvait refuser, mais la pression était forte lorsqu’il partageait la même propriété que le défunt. De toute évidence, il fallait qu’il ne soit pas marié et désire conserver les biens au sein de sa famille en les passant à un fils. Cf. #Lé 18: 16 ; #Lé 20:21 où l’adultère avec la femme d’un frère en vie est proscrit. Sans être obligatoire, ce mariage reflétait l’affection fraternelle. Si un frère célibataire refusait de se conformer à cette pratique, il subissait le mépris et l’humiliation des anciens. La perpétuation de son nom comme membre du peuple de l’alliance était un témoignage de la dignité de l’individu. Puisque #No 27:4-8 accorda aux filles le droit d’hériter lorsqu’il n’y avait aucun fils dans la famille, il est raisonnable de lire « sans laisser d’enfants » plutôt que « sans laisser de fils » au v. 5. Cf. Tamar en #Ge 38:8-10 et le mariage de Boaz avec Ruth en #Ru 4:1-17.

7  Er, premier-né de Juda, était méchant aux yeux de l’Éternel ; et l’Éternel le fit mourir.

8  Alors Juda dit à Onan : Va vers la femme de ton frère, prends-la, comme beau-frère, et suscite une postérité à ton frère.

9  Onan, sachant que cette postérité ne serait pas à lui, se souillait à terre lorsqu’il allait vers la femme de son frère, afin de ne pas donner de postérité à son frère.

10  Ce qu’il faisait déplut à l’Éternel, qui le fit aussi mourir.

11  Alors Juda dit à Tamar, sa belle-fille : Demeure veuve dans la maison de ton père, jusqu’à ce que Schéla, mon fils, soit grand. Il parlait ainsi dans la crainte que Schéla ne mourût comme ses frères. Tamar s’en alla, et elle habita dans la maison de son père.

Demeure veuve …  jusqu’à ce que Schéla, mon fils. Prenant son beau-père au mot, Tamar résida chez son père comme le faisait toute veuve. Elle attendit vainement le troisième fils de Juda pour protéger les droits d’héritage de son mari décédé (v. #Ge 38:14) et, finalement, recourut à un subterfuge pour obtenir gain de cause (vv. #Ge 38:13-16). Il se peut qu’elle ait été influencée par les coutumes des Hittites qui voulaient qu’en l’absence de beau-frère ce soit le beau-père qui épouse la veuve.

12 ¶  Les jours s’écoulèrent, et la fille de Schua, femme de Juda, mourut. Lorsque Juda fut consolé, il monta à Thimna, vers ceux qui tondaient ses brebis, lui et son ami Hira, l’Adullamite.

Thimna. Ville située dans la région montagneuse de Juda. Cf. Samson, #Jug 14: 1.

13  On en informa Tamar, et on lui dit: Voici ton beau-père qui monte à Thimna, pour tondre ses brebis.

 

tondre ses brebis. Dans l’Antiquité, un tel événement était fréquemment associé à une fête et à un comportement licencieux caractéristique des pratiques païennes liées au culte de la fertilité.

14  Alors elle ôta ses habits de veuve, elle se couvrit d’un voile et s’enveloppa, et elle s’assit à l’entrée d’Enaïm, sur le chemin de Thimna ; car elle voyait que Schéla était devenu grand, et qu’elle ne lui était point donnée pour femme.

38:14-15 Consciente que personne n’allait lui donner d’enfant, Tamar décida de se déguiser en prostituée, certaine de pouvoir piéger Juda; cela en dit long sur ce qu’elle pensait des qualités morales de son beau-père! Le fait que l’ami cananéen de Juda l’appelle qedescha, terme qui désignait une prostituée sacrée (v. #Ge 38:21), et que la prostitution sacrée était tolérée dans la culture cananéenne n’excuse pas les actes de Juda. Il pécha en sollicitant lui-même les faveurs de cette femme et en lui faisant une proposition (v. #Ge 38:16), et elle joua le jeu de la négociation (v. #Ge 38:17).

15  Juda la vit, et la prit pour une prostituée, parce qu’elle avait couvert son visage.

16  Il l’aborda sur le chemin, et dit: Laisse-moi aller vers toi. Car il ne connut pas que c’était sa belle-fille. Elle dit : Que me donneras-tu pour venir vers moi ?

17  Il répondit : Je t’enverrai un chevreau de mon troupeau. Elle dit : Me donneras-tu un gage, jusqu’à ce que tu l’envoies ?

18  Il répondit : Quel gage te donnerai-je ? Elle dit : Ton cachet, ton cordon, et le bâton que tu as à la main. Il les lui donna. Puis il alla vers elle ; et elle devint enceinte de lui.

Ton cachet, ton cordon, et le bâton. Un homme important du Proche-Orient antique signait ses contrats avec le sceau cylindrique qu’il portait à un cordon autour du cou. Le fait qu’elle demanda le bâton suggère que cet objet aussi portait des signes distinctifs permettant de reconnaître son propriétaire (cf. v. #Ge 38:25, « reconnais, je te prie, à qui sont … »). La coutume d’utiliser trois pièces d’identité est attestée dans la littérature ougaritique (cananéenne).

19  Elle se leva, et s’en alla ; elle ôta son voile, et remit ses habits de veuve.

20  Juda envoya le chevreau par son ami l’Adullamite, pour retirer le gage des mains de la femme. Mais il ne la trouva point.

38:20-23 Il n’était pas bon pour la réputation de Juda de continuer à demander où se trouvait une prostituée.

21  Il interrogea les gens du lieu, en disant : Où est cette prostituée qui se tenait à Enaïm, sur le chemin ? Ils répondirent : Il n’y a point eu ici de prostituée.

22  Il retourna auprès de Juda, et dit: Je ne l’ai pas trouvée, et même les gens du lieu ont dit : Il n’y a point eu ici de prostituée.

23  Juda dit : Qu’elle garde ce qu’elle a ! Ne nous exposons pas au mépris. Voici, j’ai envoyé ce chevreau, et tu ne l’as pas trouvée.

24 ¶  Environ trois mois après, on vint dire à Juda : Tamar, ta belle-fille, s’est prostituée, et même la voilà enceinte à la suite de sa prostitution. Et Juda dit: Faites-la sortir, et qu’elle soit brûlée.

qu’elle soit brûlée. Une justice à deux vitesses l’emportait: Juda n’était pas moins coupable que Tamar, mais il ordonna son exécution pour immoralité. Plus tard, la loi mosaïque prescrivit cette sentence pour la fille d’un sacrificateur qui s’était prostituée et pour les personnes coupables de certaines formes d’inceste (#Lé 20: 14 ; #Lé 21: 9).

25  Comme on l’amenait dehors, elle fit dire à son beau-père : C’est de l’homme à qui ces choses appartiennent que je suis enceinte ; reconnais, je te prie, à qui sont ce cachet, ces cordons et ce bâton.

 

26  Juda les reconnut, et dit : Elle est moins coupable que moi, puisque je ne l’ai pas donnée à Schéla, mon fils. Et il ne la connut plus.

Elle est moins coupable que moi. Ce n’était pas un éloge de la moralité ou la foi de sa belle-fille, mais de son intérêt pour les droits d’héritage de sa lignée familiale, qui révélait sa propre négligence en la matière. La sentence de mort fut ainsi abrogée.

27  Quand elle fut au moment d’accoucher, voici, il y avait deux jumeaux dans son ventre.

28  Et pendant l’accouchement il y en eut un qui présenta la main ; la sage-femme la prit, et y attacha un fil cramoisi, en disant : Celui-ci sort le premier.

29  Mais il retira la main, et son frère sortit. Alors la sage-femme dit : Quelle brèche tu as faite ! Et elle lui donna le nom de Pérets.

Pérets. Le premier des jumeaux nés de la prostitution et de l’inceste de Tamar fait néanmoins partie de la lignée messianique, puisqu’il fut l’ancêtre de Boaz et du roi David (#Ru 4:18-22 ; #Mt 1:3). Son nom signifiait « brèche » ou « ouverture ».

30  Ensuite sortit son frère, qui avait à la main le fil cramoisi ; et on lui donna le nom de Zérach.


 

 

EXODUS 38 : 1 à 31 NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

¶ In that time, Judah left his brothers, and turned in to a man of Adullam named Hirah.

Adullam. City 1.6 km northwest of Hebron.

38: 1-30 This interlude on Judah is a parenthesis in the Joseph narrative, it interrupts (#Ge #Ge 37:36 and 39: 1 speak of its sales). Why a chapter marked by wickedness, immorality and subterfuges should he be there? In fact, the reported events are in the right place from a chronological point of view, being contemporary slavery of Joseph in Egypt (#Ge v. 38: 1: "in those days"). From a genealogical point of view, the story is also in the right place; Indeed, since Joseph had left (apparently for good) and Reuben, Simeon and Levi unpopular (for reasons of incest and perfidy), Judah was a candidate to office firstborn status. But what a contrast between immorality and virtuous character of Joseph! The Canaanite religion, with its inclusive syncretism, threatened to absorb the fourth and subsequent generations - the heirs of Abraham; exile in Egypt with the ethnic segregation that characterize it, would allow the Israelites to preserve their identity, instead of losing it.

2 Judah saw there the daughter of a Canaanite named Shua; He took her and went to her.

38: 2-5 In separating his brothers, Judah took the distance not only geographically, but also by integrating the country that meant: he had three son of his Canaanite wife.

3 She conceived and bore a son and named him Er.

4 She conceived again and bore a son and named him Onan.

5 She gave birth to a new son, and named him Shelah Judah was Czib when she gave birth.

6 Judah took for Er his firstborn, a woman named Tamar.

38: 6-10 Two son of Judah put to death by the Lord: one because of his wickedness, the other for deliberately refused to marry his brother's widow, according to the so-called levirate custom. It was rather a sad way to stand out for the line of Judah! About levirate in the law of Moses:

The law of levirate (Latin levir, "brother") prescribed for a man to marry the widow of his brother died childless in order to give him an heir. The man could refuse, but the pressure was strong when he shared the same property as the deceased. Obviously, he must not be married and wants to keep property within the family by passing them a son. # Cf. Lev 18: 16; # Lev 8:21 p.m. where adultery with the wife of a living brother is forbidden. While not mandatory, this marriage reflected the brotherly affection. If an unmarried brother refused to comply with this practice, he suffered the scorn and humiliation of old. The perpetuation of his name as a member of the covenant people was a witness to the dignity of the individual. Since #No 27: 4-8 gave girls the right to inherit when there was no son in the family, it is reasonable to read "childless" rather than "no son" in v. 5. See Tamar #Ge 38: 8-10 and the marriage of Boaz with Ruth #Ru 4: 1-17.

7 Er, Judah's firstborn, was wicked in the sight of the LORD; and the LORD did die.

8 Then Judah said to Onan, Go in unto thy brother's wife, take her, as brother, and raise up seed to thy brother.

9 And Onan knew that the seed would not be him, spilled it on the ground when he went in unto his brother's wife, so as not to give seed to his brother.

10 What he did displeased the LORD, who also took his life.

11 Then Judah said to Tamar his daughter in law, Remain a widow in thy father's house, until Shelah my son be grown. For he said, Lest peradventure he die also, as his brethren. Tamar went and dwelt in her father's house.

... Remain a widow until Shelah my son. Taking his stepfather at his word, Tamar lived in her father as did any widow. She waited in vain the third son of Judah to protect the inheritance rights of her deceased husband (v. #Ge 38:14) and eventually resorted to a subterfuge to succeed (#Ge vv. 38: 13- 16). It may have been influenced by the customs of the Hittites who wanted that without brother whether the stepfather who married the widow.

¶ 12 The days passed, and the daughter of Shua, Judah's wife, died. Judah was comforted, he went up to Timnah to his sheep-shearers those, he and his friend Hirah the Adullamite.

Timna. Town located in the mountainous region of Judah. See Samson, #Jug 14: 1.

13 is Tamar, and said, Behold thy father in going up to Timnah to shear his sheep.

 

shear his sheep. In ancient times, such an event was frequently associated with a party and a licentious behavior characteristic of pagan practices related to the cult of fertility.

14 Then she took off her widow's clothes, covered herself with a veil and wrapped herself, and she sat at the entrance of Enaim on the road to Timnah; for she saw that Shelah was grown, and she was not given to him to wife.

38: 14-15 Aware that no one was going to give him a child, Tamar decided to dress up as prostitute, some can trap Judah; it says a lot about what she thought of moral qualities of his stepfather! The fact that the Canaanite friend of Judah calls qedescha, a term which designated a sacred prostitute (v. #Ge 38:21), and sacred prostitution was tolerated in the Canaanite culture does not condone acts of Judah. He sinned by asking himself the favor of the woman and making her a proposal (v. #Ge 38:16) and she played the game of negotiation (v. #Ge 38:17).

15 Judah saw her, and took her for a prostitute, because she had covered her face.

16 He accosted on the way, and said: Let me go to you. For he knew not that it was his stepdaughter. She said: What will you give me to come toward me?

17 He said, I will send thee a kid from the flock. She said, Wilt thou give me a pledge, until you send it?

18 And he said, What pledge shall I give you? She said, Your signet and your cord, and the staff in your hand. He gave them to her. Then he went in to her; and she conceived by him.

Your seal and cord, and the stick. An important man in the ancient Near East signed his contract with the cylindrical seal he wore on a string around his neck. The fact that she asked the staff suggests that this item also wore distinctive signs to recognize its owner (v. #Ge 38:25, "match, I pray thee, that is ..."). The custom of using three pieces of identification is attested in Ugaritic literature (Canaanite).

19 She got up and went; she took off her veil and put on her widow's clothes.

20 Judah sent the kid by his friend the Adullamite, to receive the pledge from the woman's hands. But he did not find her.

38: 20-23 It was not good for the reputation of Judah to keep asking where a prostitute was.

21 He asked the men of that place, saying, Where is the prostitute who was openly on the way? They said, There hath been no prostitute here.

22 He returned to Judah, and said, I have not found her; and also the men of the place said, There hath been no prostitute here.

23 Judah said, Let her take it to her! Let us be shamed. Behold, I sent this kid, and thou hast not found.

¶ 24 About three months later, it was told Judah, Tamar thy daughter-prostitute is, and also, behold a result of whoredom. And Judah said, Bring her out and let her be burnt.

her be burnt. A two-justice outweighed the speed, Judah was no less culpable than Tamar, but he ordered his execution for immorality. Later, the Mosaic Law ordered the sentence to the daughter of a priest who was a prostitute and for people convicted of certain forms of incest (Lev # 20: 14; # Lev 21: 9).

25 As is brought forth, she sent to her father-in: This is the man whose these are, am I with child; admit, I pray thee, whose are this signet, and bracelets, and staff.

26 Judah acknowledged them and said, She is more righteous than I, because I did not to Shelah my son. And he knew her more.

She is more righteous than I am. It was not a praise of morality or faith of his stepdaughter, but his interest in inheritance rights of his family line, which revealed its own negligence in the matter. The death sentence was thus repealed.

27- When she was at the time of giving birth, behold, there were twins in her womb.

28 And during childbirth there was one who offered his hand; the midwife took and tied a scarlet thread, saying, This came out first.

29 But he withdrew his hand and his brother came out. Then the midwife said, What hast thou done! And she gave him the name of Perez.

Perez. The first of the twins born of prostitution and incest Tamar nevertheless part of the Messianic line, since he was the ancestor of King David and Boaz (#Ru 4: 18-22; #Mt 1: 3 ). His name meant "go" or "openness."

30 Then came his brother, who was holding the scarlet thread; and they called his name Zerah.

http://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/

APOCALYPSE OR REVELATION 1: 1 à 20

01/01/2017 23:57
Sujet de ce livre  - Adresse et salutation  - La venue du Christ  - Jésus-Christ se révèle à Jean et Lui ordonne d'écrire aux pasteurs des sept Eglises d'Asie   Apocalypse 1 : 1-20***Revelation 1 : 1-20 1:1 Révélation de Jésus-Christ, qu'il a reçue de...
01/12/2016 00:01
PAROLES DE JÉSUS-CHRIST  EN ROUGES   Apocalypse 1 : 1 À 20 *** + NOTES DE JOHN MACARTHUR   1 ¶  Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son...
09/08/2013 11:56
BIBLE AUDIO FRANÇAIS OU ANGLAIS FRENCH OR ENGLISH AUDIO BIBLE www.enseignemoi.com/bible/audio/
Objets: 1 - 3 Sur 3

Contact