GALATES 3 : 15 À 22 ***

23/05/2014 14:15

GALATES 3 : 15 À 22 ***

15  Frères je parle à la manière des hommes, une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n’est annulée par personne, et personne n’y ajoute.

16  Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit : et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule : et à ta postérité, c’est-à-dire, à Christ.

17  Voici ce que j’entends : une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard.

18  Car si l’héritage venait de la loi, il ne viendrait plus de la promesse ; or, c’est par la promesse que Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce.

19 ¶  Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu’à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite ; elle a été promulguée par des anges, au moyen d’un médiateur.

20  Or, le médiateur n’est pas médiateur d’un seul, tandis que Dieu est un seul.

21  La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ? Loin de là ! S’il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi.

22  Mais l`Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

3:15-22 Paul anticipe et réfute ici toute objection à sa mention d’Abraham en faveur de la doctrine de la justification par la foi: on pouvait lui faire remarquer qu’après Abraham, le don de la loi à Moïse au Sinaï avait introduit un changement et une meilleure manière d’obtenir le salut. L’apôtre réfute cet argument en montrant la supériorité de l’alliance abrahamique (vv. #Ga 3:15-18) et l’infériorité de la loi (vv. #Ga 3:19-22).

3:15

Frères. Ce terme affectueux révèle la compassion que ressentait Paul à l’égard des Galates, ce dont ils avaient peut-être commencé à douter, vu les reproches cinglants qu’il leur avait adressés (vv. #Ga 3:1, #Ga 3:3).

un testament …  fait par un homme. Même les testaments humains sont réputés irrévocables et inaltérables, une fois certifiés conformes. C’est d’autant plus vrai d’une alliance conclue par un Dieu éternel (#Mal 3:6 ; #Ja 1:17).

3:16

promesses. Celles qui sont associées à l’alliance abrahamique (#Ge 12: 3, #Ge 12: 7 ; #Ge 13:15-16 ; #Ge 15: 5, #Ge 15: 18 ; #Ge 17: 8 ; #Ge 22:16-18 ; #Ge 26:3-4 ; #Ge 28:13-14). Ces promesses avaient été faites à la fois à Abraham et à ses descendants; elles ne devinrent donc pas caduques après la mort d’Abraham ou lors de l’avènement de la loi.

 

Descendance. #Ga 3:19. Citation de #Ge 12: 7. Le singulier, en hébreu comme en grec, peut s’utiliser dans un sens collectif. Paul veut souligner que, dans certains passages de l’A.T. (p. ex. #Ge 3:15 ; #Ge 22: 18), « descendance » renvoyait au plus grand des descendants d’Abraham, Jésus-Christ.

3:17

un testament. L’alliance abrahamique (voir la note sur le v. 16 {==> "Ga 3:16"}). A propos des alliances bibliques, voir les notes sur Ge 9:16 {==> "Ge 9:16"}; 12:1-3 {==> "Ge 12: 1"}; Ro 9:4 {==> "Ro 9:4"}.

 

que Dieu a confirmé antérieurement. Voir la note sur le v. 15 {==> "Ga 3:15"}. « Confirmé » signifie « ratifié ». Une fois que Dieu avait officiellement ratifié l’alliance, son autorité devenait permanente et définitive, si bien que rien ni personne ne pouvait l’invalider. L’alliance abrahamique était unilatérale (c’était une promesse que Dieu s’était faite à lui-même), éternelle (elle garantissait une bénédiction perpétuelle), irrévocable (elle ne prendrait jamais fin) et inconditionnelle (sa réalisation dépendait de Dieu seul, pas des hommes). Cependant, elle ne s’accomplira pleinement qu’avec le salut d’Israël et le règne millénaire de Jésus-Christ.

quatre cent trente ans. Du séjour d’Israël en Égypte (cf. #Ex 12: 40) jusqu’au don de la loi au Sinaï (environ 1445 av. J.-C.). La loi fut donnée en fait 645 ans après la promesse initiale à Abraham (environ 2090 av. J.-C.; cf. #Ge 12: 4 ; #Ge 21: 5 ; #Ge 25: 26 ; #Ge 47:9), mais cette promesse fut réitérée à Isaac (#Ge 26:24) puis à Jacob (environ 1928 av. J.-C.; #Ge 28:15). La dernière réaffirmation connue de l’alliance abrahamique à Jacob survint en #Ge 46:2-4 (environ 1875 av. J.-C.) juste avant son départ pour l’Égypte, soit 430 ans avant la promulgation de la loi mosaïque.

3:18 Paul insiste encore: il n’y a pas de moyen terme entre la loi (les œuvres) et la promesse (la grâce), ces deux principes de salut s’excluent mutuellement (cf. #Ro 4:14). Un « héritage », par définition, ne se mérite pas; on ne travaille pas pour l’obtenir, comme le prouve le cas d’Abraham.

3:19-22 Ayant fait la démonstration de la supériorité de la promesse faite à Abraham (vv. #Ga 3:15-18), Paul explique ensuite pourquoi la loi est inférieure et à quoi elle servait.

3:19

a été donnée ensuite à cause des transgressions. L’argumentation convaincante de Paul prouvant que la promesse est supérieure à la loi débouche sur une question évidente: pourquoi la loi? La réponse de Paul, c’est qu’elle a servi à montrer que l’homme est un pécheur invétéré, incapable de se sauver lui-même, et qu’il a donc désespérément besoin d’un Sauveur; elle n’a jamais été conçue comme moyen de salut (cf. #Ro 7:1-13).

descendance. Voir la note sur le v. 16 {==> "Ga 3:16"}.

par des anges. La Bible enseigne que les anges prirent part au don de la loi (cf. #Ac 7:53 ; #Hé 2:2), mais ne donne pas d’explication précise sur le rôle qu’ils ont joué.

3:20

médiateur. Ce que Paul veut apparemment dire ici, c’est qu’un « médiateur » est indispensable quand plus d’une partie est impliquée, mais que dans le cas précis, Dieu fut le seul à ratifier son alliance avec Abraham.

3:21 Paul utilise la négation la plus forte en grec (voir la note sur 2:17 {==> "Ga 2:17"}) pour rejeter l’idée que la loi et la promesse seraient diamétralement opposées. Puisque Dieu a donné les deux et qu’il ne se contredit pas lui-même, la loi et la promesse travaillent en harmonie: la loi révèle le péché de l’homme et son besoin du salut offert gratuitement dans la promesse. Si la loi avait pu procurer la justice et la vie éternelle, la promesse de grâce n’existerait pas.

3:22

renfermé sous le péché. Le verbe grec traduit par « renfermé » désigne un encerclement de toutes parts. Paul décrit ainsi l’humanité dans son ensemble comme désespérément prise au piège du péché, pareille à un banc de poissons pris dans un filet. Les Écritures enseignent expressément que tous les hommes sont pécheurs   cf. #1R 8:46 ; #Ps 143:2 ; #Pr 20: 9 ; #Ec 7:20 ; #Esa 53:6 ; #Ro 3:9-19, #Ro 3:23 ; #Ro 11:32).

 

GALATIANS 3 : 15 À 22  ***

15 Brethren, I speak after the manner of men, a provision in good shape , although made ​​by a man , is canceled by anyone, and nobody says.

16 Now the promises were made to Abraham and his posterity. He does not say , And to seeds , as if it were more , but as it is one, And to thy seed, which is to say , Christ .

17 Here is what I mean : a provision that was confirmed before God , can not be undone, and so the promise made ​​void by the law, which was four hundred and thirty years later.

18 For if the inheritance be of the law, it no longer would the promise ; Gold is the promise that God made to Abraham this gift of his grace.

¶ 19 Why then the law? It was added because of transgressions, till the seed should come to whom the promise was made; and it was ordained through angels by a mediator.

20 Now a mediator is not a mediator of one , but God is one.

21 Is the law then against the promises of God? Far from it ! If he had been a law given which could make alive , verily righteousness of the law.

22 But the scripture hath concluded all under sin, so that what was promised was given through faith in Jesus Christ to those who believe .

NOTES JOHN MACARTHUR

3:15-22 Paul anticipates and refutes any objection to the mention of Abraham in favor of the doctrine of justification by faith could point out to him after Abraham, the giving of the Law to Moses at Sinai was introduced a change and a better way to obtain salvation. The Apostle refutes this argument by showing the superiority of the Abrahamic covenant (vv. # Ga 3:15-18 ) and the inferiority of the Law (vv. # Ga 3:19-22 ) .

3:15

Brothers. This affectionate term reveals that Paul felt compassion towards the Galatians, what they may have started to doubt , given the scathing criticism he had sent to them (vv. 3-1 # Ga , Ga # 3: 3 ) .

a will ... done by a man . Even human wills are deemed irrevocable and unchangeable , once certified . This is especially true of an alliance with an eternal God ( Mal 3:6 # , # Ja 1:17).

3:16

promises. Those associated with the Abrahamic covenant ( Gen. 12 # 3 , # Ge 12 : 7; # Ge 13:15-16 ; Ge # 15: 5, # Ge 15: 18; Ge # 17: 8 , # Ge 22:16-18 ; # Ge 26:3-4 ; # Ge 28:13-14 ) . These promises were made to both Abraham and his descendants ; so they do not became obsolete after the death of Abraham, or with the advent of the law.

 

Offspring. # Ga 3:19 . Quote # 12 Ge .: The singular in Hebrew and Greek 7 , can be used in a collective sense . Paul wishes to emphasize that in certain passages of the Old Testament (eg # Ge 3:15 ; # Ge 22 . 18) "seed " referred to the larger of the descendants of Abraham, Jesus Christ.

3:17

a will. The Abrahamic covenant ( see note on ver. { 16 == > " Ga 3:16 "}) . About biblical covenants , see notes Ge 9:16 { == > " Ge 9:16 "} ; 12:1-3 { == > " Ge 12: 1 "} ; Ro 9:4 { == > " Ro 9:4 "} .

 

God has confirmed previously . See the note on ver. 15 { == > " Ga 3:15 "} . "Confirmed" means "ratified" . Once God had formally ratified the covenant, his authority became permanent and definitive , so that nothing and nobody could invalidate . The Abrahamic covenant was unilateral (it was a promise that God had made ​​to himself ) , eternal ( it guaranteed a perpetual blessing) , irrevocable ( it would never end ) and unconditional ( its realization depended on God alone , not men ) . However, it can not be fully accomplished with the salvation of Israel and the millennial reign of Jesus Christ .

four hundred and thirty years. Stay of Israel in Egypt (cf. Ex # 12: 40) to the gift of the law at Sinai (about 1445 BC . ) . The law was in fact given 645 years after the original promise to Abraham (about 2090 BC ; see # Ge 12 . 4; # Ge 21 . 5; # Ge 25: 26 , # Ge 47:9 ), but this promise was repeated to Isaac ( # Ge 26:24 ) and Jacob (about 1928 BC ; . # Ge 28:15 ) . The last known of the Abrahamic covenant to Jacob reaffirmation came in # Ge 46:2-4 (about 1875 B.C. ) just before his departure for Egypt , or 430 years before the promulgation of the Mosaic Law .

3:18 Paul still insist there is no middle ground between the law ( works ) and promise (grace ), these two principles of salvation are mutually exclusive (see # Ro 4:14 ) . A "legacy" , by definition , do not merit ; we do not work for it, as evidenced by the case of Abraham.

3:19-22 Having demonstrated the superiority of the promise made to Abraham ( vv. # Ga 3:15-18 ), Paul then explains why the law is less and what it was for .

3:19

was added because of transgressions. The convincing argument Paul proving that the promise is above the law leads to an obvious question: Why the law? Paul's answer is that it was used to show that man is an inveterate sinner , unable to save himself , and therefore in desperate need of a Savior ; it was never designed as a means of salvation (cf. Rom 7:1-13 # ) .

offspring. See the note on ver. 16 { == > " Ga 3:16 "} .

by angels. The Bible teaches that angels took part in the giving of the law (cf. Acts 7:53 # , # Hey 2:2) , but does not give a precise explanation of the role they played.

3:20

mediator. That Paul apparently wants to say here is that a "mediator" is required when more than one party is involved, but in the specific case , God was alone in his covenant with Abraham.

3:21 Paul uses the strongest Greek negation (see note on 2:17 { == > " Ga 2:17 "}) to reject the idea that the law and the promise would be diametrically opposed. Since God has given both and does not contradict himself , the law and the promise work in harmony : the law reveals sin of man and his need of salvation offered free in the promise. If the law had been able to obtain justice and eternal life , the promise of grace does not exist.

3:22

under sin . The Greek verb translated as " stale " means encircling all sides. Paul described the whole of humanity as hopelessly trapped sin , like a school of fish caught in a net . The Scriptures expressly teach that all men are sinners cf. # 1R 8:46 ; # Ps 143:2 ; Pr # 20: 9; # Ec 7:20 ; # Esa 53:6 ; # Ro 3:9-19 , # Ro 3:23 ; # Ro 11:32 ) .

http://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/

APOCALYPSE OR REVELATION 1: 1 à 20

01/01/2017 23:57
Sujet de ce livre  - Adresse et salutation  - La venue du Christ  - Jésus-Christ se révèle à Jean et Lui ordonne d'écrire aux pasteurs des sept Eglises d'Asie   Apocalypse 1 : 1-20***Revelation 1 : 1-20 1:1 Révélation de Jésus-Christ, qu'il a reçue de...
01/12/2016 00:01
PAROLES DE JÉSUS-CHRIST  EN ROUGES   Apocalypse 1 : 1 À 20 *** + NOTES DE JOHN MACARTHUR   1 ¶  Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son...
09/08/2013 11:56
BIBLE AUDIO FRANÇAIS OU ANGLAIS FRENCH OR ENGLISH AUDIO BIBLE www.enseignemoi.com/bible/audio/
Objets: 1 - 3 Sur 3

Contact