JOUR 114 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

04/12/2018 00:22

JOUR 114 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

1 PIERRE 5 ET 2 PIERRE 1

 

1 PIERRE 5 * 1 à 14

 

1 ¶  Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée:

 

exhortations …  aux anciens. Étant donné les souffrances et persécutions à venir, l’Église avait besoin des meilleurs responsables. L’« ancien » est aussi décrit par des images qui renvoient ailleurs au pasteur (celui qui « fait paître », verset 2) et à l’évêque (le « gardien », verset 2). Le terme « ancien » évoque la maturité spirituelle. Comme ailleurs dans l’Écriture (à l’exception de la référence de Pierre à lui-même « moi, ancien comme eux », et de celles de Jean dans #2Jn 1 et 3 Jn 1), il apparaît ici au pluriel; cela indique qu’il était courant d’avoir une pluralité de responsables chargés de veiller sur le troupeau et de le nourrir.

 

moi, ancien comme eux, témoin …  et participant de la gloire. Pierre fait reposer son exhortation aux anciens sur de riches sources de motivation:

1° l’identification à l’apôtre: étant lui-même ancien, il pouvait prodiguer un encouragement pertinent aux responsables spirituels;

2° son autorité: en signalant avoir été témoin des souffrances de Christ, il affirmait son apostolat (cf. #Lu 24: 48 ; #Ac 1:21-22);

3° une espérance: le rappel de la récompense que les responsables chrétiens recevraient un jour de la main de Christ pour leur service devait les stimuler à accomplir fidèlement leur tâche.

 

Le fondement de cette anticipation était l’expérience de Pierre lors de la transfiguration de Christ (cf. #Mt 17:1-8 ; #2P 1:16), où il avait goûté à la gloire du Seigneur.

 

2  Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec dévouement ;

 

Paissez le troupeau de Dieu. Après la motivation ( #1P 5:1) vient l’exhortation (versets #1P 5:2-4). Comme l’objectif premier du berger est de nourrir, c’est-à-dire d’enseigner, chaque ancien doit être capable d’enseigner (cf. #Jn 21:15-17)  et, de plus, de veiller sur le troupeau (cf. #Ac 20:28-30). Dans cette double tâche, il faut se rappeler que le troupeau appartient à Dieu et non au berger. Dieu confie certaines personnes de son troupeau au pasteur d’une Église pour qu’il les dirige, prenne soin d’elles et les nourrisse ( #1P 5:3).

 

non par contrainte, mais volontairement. Pierre semble mettre en garde les anciens contre un premier danger: la paresse. L’appel divin (cf. #1Co 9:16) et l’urgence de la tâche (#Ro 1:15) devraient empêcher toute paresse et toute indifférence. Cf. #2Co 9:7.

 

non pour un gain sordide. Les faux docteurs sont toujours motivés par l’argent, qui représente un deuxième danger, et utilisent leur pouvoir et leur position pour voler les gens. L’Écriture précise que les Églises devraient rémunérer correctement leur pasteur (#1Co 9:7-14 ; #1Ti 5:17-18), mais ce n’est jamais le désir de gagner un argent immérité qui doit motiver à servir (cf. #1Ti 3:3 ; #1Ti 6:9-11 ; #2Ti 2:4 ; #Tit 1:7 ; #2P 2:3 ; voir aussi #Jér 6:13 ; #Jér 8:10 ; #Mi 3:11 ; #Mal 1:10).

 

3  non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau.

 

non comme dominant. C’est le troisième danger qui guette un pasteur: le verset  2 mentionnait la paresse et l’argent, il est ici question de mauvaise autorité. « Dominer » implique de prendre la direction des choses en manipulant ou en intimidant. La véritable autorité spirituelle s’exerce au contraire par l’exemple (voir #1Ti 4:12).

 

4  Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire.

 

le souverain berger paraîtra. Il s’agit de Jésus-Christ (cf. #Esa 40:11 ; #Za 13: 7 ; #Jn 10:2, #Jn 10:11-12, #Jn 10:16 ; #Hé 13:20-21). Lorsqu’il apparaîtra lors de son retour, il évaluera le ministère des pasteurs devant son tribunal (cf. #1Co 3:9-15 ; #1Co 4:5 ; #2Co 5:9-10).

 

la couronne incorruptible de la gloire. C’est-à-dire la couronne que représente la gloire éternelle. À l’époque du N.T., les couronnes étaient remises aux personnes qui remportaient une victoire (cf. #1Co 9:24-25). Les croyants ont reçu la promesse de recevoir la couronne de gloire, de vie (#Ja 1:12), de justice (#2Ti 4:8) et de joie (#1Th 2:19), et toutes sont incorruptibles (#1Co 9:25). Ces diverses couronnes décrivent les caractéristiques de la vie éternelle. Le mot grec pour « incorruptible » est tiré du nom d’une fleur, l’amarante.

 

5 ¶  De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité ; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.

 

soyez soumis. Voir #1P 2:18-3:9.

 

anciens. Les anciens sont les pasteurs, les responsables spirituels de l’Église (cf. verset  #1P 5:1 ; notes sur #1Ti 3:1-7 ; #Tit 1:5-9). Les membres de l’Église, surtout les jeunes gens, doivent honneur, déférence et respect aux responsables spirituels. La soumission est une attitude fondamentale de la maturité spirituelle (cf. #1Co 16: 15 ; #1Th 5:12-14 ; #Tit 3:1-2 ; #Hé 13: 7, #Hé 13: 17). Le manque de soumission aux anciens non seulement complique le ministère, mais aussi fait obstacle à la grâce de Dieu, comme le dit #Pr 3:34.

 

revêtez-vous d’humilité. « Se revêtir » signifie littéralement « attacher quelque chose sur soi en faisant un nœud ». Le verbe était souvent utilisé pour un esclave qui enfilait un tablier par-dessus ses vêtements afin de ne pas se salir. L’« humilité », littéralement « état d’esprit bas », est l’attitude qui consiste à ne pas se croire trop important pour servir. Elle n’était pas considérée comme une vertu dans l’Antiquité, pas plus qu’aujourd’hui (mais cf. #Jn 13:3-17 ; #Ph 2:3-4 ; voir aussi #Pr 6:16-17 ; #Pr 8:13 ; #Esa 57:15).

 

6  Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable ;

 

la puissante main de Dieu. Symbolisait dans l’A.T. la puissance de Dieu à l’œuvre dans l’expérience des hommes pour accomplir son but souverain (cf. #Ex 3:19-20 ; #Job 30:20-21 ; #Ez 20: 33, #Ez 20: 37 ; #Mi 6:8). Les lecteurs de la lettre de Pierre ne devaient pas combattre la main souveraine de Dieu, même si elle les faisait passer par des épreuves. Une des preuves du manque de soumission et d’humilité, c’est l’impatience manifestée envers Dieu lorsqu’il humilie les croyants.

 

vous élève au temps convenable. Cf. #Lu 14: 11. Au moment qu’il aura choisi dans sa sagesse, Dieu élèvera les croyants souffrants et soumis.

 

7  et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous.

 

déchargez-vous sur lui de tous vos soucis. Ce verset  cite et interprète partiellement le #Ps 55:23. « Se décharger » signifie « lancer quelque chose sur autre chose », comme une couverture sur un âne (#Lu 19: 35). Les chrétiens doivent se décharger de tout mécontentement, tout découragement, tout désespoir et toute souffrance sur le Seigneur et lui faire confiance, car il sait ce qu’il fait de leur vie (cf. #1S 1:9-18). En plus de la soumission (verset  #1P 5:5) et de l’humilité (#1P 5:5-6), la confiance en Dieu est nécessaire pour vivre une vie chrétienne victorieuse.

 

8 ¶  Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.

 

Soyez sobres. Un esprit sobre est caractérisé par la fermeté, la maîtrise de soi, la clarté de pensée et l’aptitude aux décisions morales. Le chrétien sobre fixe correctement ses priorités et ne se laisse pas intoxiquer par les divers attraits du monde.

 

veillez. Une ferme confiance dans les soins souverains de Dieu ne signifie pas que le croyant doive vivre dans l’insouciance. Les forces extérieures mauvaises qui attaquent le chrétien exigent sa vigilance.

 

Votre adversaire. Terme grec désignant un opposant dans un procès.

 

diable …  lion rugissant. En grec, « diable » signifie « calomniateur »; c’est donc un ennemi rusé qui diffame les croyants. Lui et ses forces sont toujours actifs, cherchant des occasions d’écraser le croyant en le tentant, en le persécutant et en le décourageant (cf. #Ps 22:14 ; #Ps 104:21 ; #Ez 22: 25). Satan sème la discorde, accuse Dieu devant les hommes, les hommes devant Dieu et les hommes devant les hommes. Il fera tout son possible pour briser la communion du chrétien avec Christ et l’arracher de son service (cf. #Job 1 ; #Lu 22: 3 ; #Jn 13: 27 ; #2Co 4:3-4 ; #Ap 12). Il accuse constamment les croyants devant le trône de Dieu, essayant de convaincre Dieu de les abandonner (#Job 1:6-12 ; #Ap 12:10).

 

9  Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde.

 

Résistez-lui avec une foi ferme. Cf. #Ja 4:7. « Résister » signifie « s’élever contre ». On ne résiste pas au diable en recourant à des formules spéciales ou à des mots adressés à lui et à ses démons, mais en tenant ferme dans la foi chrétienne. Cela implique de continuer à vivre en accord avec la vérité de la Parole de Dieu. Dans la mesure où le croyant connaît la saine doctrine et obéit à la vérité divine, Satan est repoussé (cf. #Ep 6:17).

 

les mêmes souffrances. La communauté chrétienne dans son ensemble traverse toujours des épreuves similaires, suscitées par le lion rugissant qui ne cesse jamais d’essayer de dévorer les croyants (cf. #1Co 10:13).

 

10 ¶  Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.

 

qui vous a appelés. Comme toujours dans les épîtres du N.T., il s’agit d’un appel efficace au salut.

 

après que vous aurez souffert un peu de temps. Les chrétiens doivent vivre en sachant que ce que Dieu accomplira dans l’avenir exige une certaine souffrance dans le présent. Tandis qu’il est personnellement attaqué par l’ennemi, le croyant est personnellement rendu parfait par le Seigneur, comme l’atteste la suite de la phrase (cf. #1P 1:6 ; aussi #2Co 1:3-7).

 

vous perfectionnera …  affermira …  fortifiera …  rendra inébranlables. Ces quatre verbes parlent tous de force et de fermeté. Dieu œuvre à travers les luttes du chrétien pour produire la force de caractère. Dans les versets #1P 5:5-14, Pierre décrit brièvement, mais avec des mots riches, les attitudes nécessaires pour que le croyant grandisse en Christ et parvienne à la maturité. Ces attitudes sont la soumission ( #1P 5:5), l’humilité ( #1P 5:5-6), la confiance ( #1P 5:7), la sobriété ( #1P 5:8), la résistance doublée de vigilance (. #1P 5:8-9), l’espérance ( #1P 5:10), l’adoration ( #1P 5:11), la fidélité ( #1P 5:12) et l’affection ( #1P 5:13-14).

 

11  A lui soit la puissance aux siècles des siècles ! Amen !

12  C’est par Silvain, qui est à mes yeux un frère fidèle, que je vous écris ce peu de mots, pour vous exhorter et pour vous attester que la grâce de Dieu à laquelle vous êtes attachés est la véritable.

 

Silvain. Il s’agit de Silas, le compagnon de voyage de Paul, souvent mentionné dans ses épîtres. C’était un prophète (#Ac 15: 32) et un citoyen romain (#Ac 16: 37); il transcrivit apparemment les paroles de Pierre et apporta cette lettre à ses destinataires.

 

13  L’Église des élus qui est à Babylone vous salue, ainsi que Marc, mon fils.

 

L’Église …  qui est à Babylone. « Babylone » désigne une Église à Rome (cf. #Ap 17:1-18:2 ).

 

Marc, mon fils. Aussi appelé Jean, c’était le fils spirituel de Pierre qui, d’après la tradition, l’aida à écrire l’Évangile de Marc (cf. #Ac 12:12). C’est le même Marc qui abandonna Paul dans son travail missionnaire (#Ac 13: 13 ; #Ac 15:38-39 ; #Col 4:10), mais par la suite il devint à nouveau utile pour le ministère (#2Ti 4:11).

 

14  Saluez-vous les uns les autres par un baiser d’affection. Que la paix soit avec vous tous qui êtes en Christ !




2 PIERRE 1 * 1 à 21

 

1 ¶  Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ:

 

serviteur et apôtre. La façon dont Pierre se présente est caractérisée par un équilibre entre l’humilité et la dignité. En tant que serviteur, il était sur un pied d’égalité avec les autres chrétiens, il était un esclave obéissant de Christ. En tant qu’apôtre, il était unique, appelé divinement et envoyé comme témoin de la résurrection de Christ.

 

à ceux. Les destinataires de cette lettre étaient les mêmes que ceux qui reçurent la première lettre de Pierre (cf. #2P 3:1 ; #1Pi 1:1 ).

reçu en partage. Verbe inhabituel souvent lié à l’obtention de quelque chose par le sort (cf. #Ac 1:17 « avait part »). Il peut signifier « acquérir par la volonté divine ». Pierre insiste sur le fait que le salut ne s’obtient pas par l’effort personnel, les capacités ou les mérites, mais est un don de la grâce de Dieu.

 

foi. Pierre parle d’une foi subjective, c’est-à-dire la capacité du chrétien de croire, qui conduit à son salut (#Ep 2:8-9). Toutefois, même si la foi représente la part humaine dans le salut, c’est Dieu qui l’accorde. Il la fait débuter lorsque le Saint-Esprit réveille l’âme morte qui réagit à l’écoute de la Parole de Dieu (cf. #Ac 11:21 ; #Ep 2:8 ; #Ph 1:2).

 

du même prix. Le mot grec désignait généralement l’égalité dans le rang, la position, l’honneur, la popularité, le prix ou la valeur. Dans l’Antiquité, il désignait les étrangers qui recevaient le même droit de cité que les citoyens d’une ville. Pierre souligne que les chrétiens ont tous reçu la même foi salvatrice, précieuse et inestimable. Il n’y a pas de chrétiens de première et de deuxième classes, ni de distinctions spirituelles, raciales ou liées au sexe (cf. #Ga 3:28). Puisque Pierre s’adressait surtout à des non-Juifs, peut-être tenait-il à leur rappeler qu’ils avaient reçu la même foi que les Juifs (cf. #Ac 10:44-48 ; #Ac 11:17-18).

par la justice. Le message de Pierre, c’est que les croyants bénéficient de manière égale du don du salut, car la justice de Dieu leur est imputée. Cette justice ne reconnaît aucune distinction entre les hommes, si ce n’est le fait que certains péchés sont plus odieux encore que les autres. Ainsi, non seulement ils ont la foi parce que Dieu la leur donne, mais ils sont aussi sauvés uniquement parce que Dieu leur impute la justice.

 

de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ. En grec, un seul article défini précède l’expression, ce qui semble indiquer qu’elle désigne une seule et même personne: Jésus-Christ est identifié par Pierre comme étant à la fois notre Sauveur et notre Dieu (cf. #Esa 43:3, #Esa 43:11 ; #Esa 45:15, #Esa 45:21 ; #Esa 60:16 ; #Ro 9:5 ; #Col 2:9 ; #Tit 2:13 ; #Hé 1:8).

 

2  que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur !

 

connaissance. Ce genre de « connaissance » implique une connaissance plus vaste, plus approfondie et plus intime. La foi chrétienne est basée sur la connaissance de la vérité à propos de Dieu (cf. v. #2P 1:3). Le christianisme n’est pas une religion mystique; il est fondé sur la vérité objective, historique, révélée et rationnelle de Dieu, destinée à être comprise et crue. Plus la connaissance du Seigneur est profonde et vaste, plus la grâce et la paix sont multipliées.

 

3  Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu,

 

Sa divine puissance. « Sa » renvoie à Jésus-Christ. C’est grâce à la puissance de Christ que le croyant a suffisamment de ressources et fait preuve de persévérance (cf. #Mt 24: 30 ; #Mr 5:30 ; #Lu 4:14 ; #Lu 5:17 ; #Ro 1:4 ; #2Co 12:9).

 

tout ce qui contribue à la vie. Le véritable chrétien est assuré de son salut éternel, et il persévérera et grandira, car au travers de la puissance de Christ il a reçu tout le nécessaire pour que la vie éternelle soit possible.

 

piété. Être pieux, c’est vivre avec respect, loyauté et obéissance envers Dieu. Pierre souligne que le véritable croyant ne devrait pas demander quoi que ce soit de plus à Dieu (comme si quelque chose lui manquait pour développer sa croissance, sa force et sa persévérance) afin de devenir pieux, car il bénéficie déjà de toutes les ressources spirituelles pour vivre, développer et perfectionner une vie de piété.

 

connaissance de celui. « Connaissance » est un mot clé de 2 Pierre (vv. #2P 1:2, #2P 1:5-6, #2P 1:8 ; #2P 2:20 ; #2P 3:18). Dans l’Écriture, ce terme implique une connaissance intime (#Am 3:2 « choisis » littéralement « connus »); il est même utilisé pour les rapports sexuels (#Ge 4:1). La connaissance de Christ dont il est question ici n’est pas une connaissance superficielle, ni une simple prise en compte des vérités relatives à Christ, mais un partage véritable et personnel de vie avec Christ. Ce partage est basé sur la repentance vis-à-vis du péché et la foi personnelle en lui (cf. #Mt 7:21).

 

appelés par sa propre gloire et par sa vertu. Cet appel, comme toujours dans les épîtres du N.T., est l’appel efficace au salut (cf. #1Pi 1:15 ; #1Pi 2:21 ; #1Pi 5:10 ). Cet appel qui sauve est basé sur la compréhension qu’a le pécheur de la majesté révélée et de l’excellence morale de Christ, éléments qui prouvent qu’il est Seigneur et Sauveur. Une présentation claire de la personne et de l’œuvre de Christ en tant que Dieu fait homme est donc indispensable dans l’évangélisation, car elle attirera les hommes au salut (cf. #1Co 2:1-2). La croix et la résurrection révèlent très clairement sa « gloire et sa vertu ».

 

4  lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise,

 

les plus grandes et les plus précieuses promesses. C’est-à-dire les promesses de la vie abondante et éternelle.

 

participants de la nature divine. Cette expression ne diffère pas des concepts de nouvelle naissance ou naissance d’en haut (cf. #Jn 3:3 ; #Ja 1:18 ; #1Pi 1:23), de position en Christ (cf. #Ro 8:1) ou de demeure de la Trinité (#Jn 14:15-23). À notre époque, les précieuses promesses du salut permettent de devenir enfants de Dieu (#Jn 1:12 ; #Ro 8:9 ; #Ga 2:20 ; #Col 1:27) et donc de partager la nature de Dieu en possédant sa vie éternelle. Les chrétiens ne deviennent pas de petits dieux, mais ils sont de « nouvelles créations » (#2Co 5:17) et le Saint-Esprit vit en eux (#1Co 6:19-20). De plus, ils participeront à la nature divine de manière encore plus grandiose lorsque leur corps sera transformé et glorifié comme celui de Jésus-Christ (#Ph 3:20-21 ; #1Jn 3:1-3).

 

en fuyant la corruption. Le mot « corruption » décrit quelque chose qui se décompose ou pourrit. La fuite dont il est question devant ce danger a été couronnée de succès (littéralement « ayant échappé à »). Au moment du salut, le croyant échappe au pouvoir que la pourriture du monde exerce sur lui à travers sa nature déchue et pécheresse.

 

5 ¶  à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science,

 

À cause de cela même. À cause de toutes les bénédictions données par Dieu aux vv. #2P 1:3-4, le croyant ne peut pas sombrer dans l’indifférence ni l’autosatisfaction. Une telle abondance de la grâce divine devrait entraîner une consécration totale.

 

faites tous vos efforts. On ne peut vivre une vie chrétienne à la gloire de Dieu sans effort. Même si Dieu a rempli le croyant de sa divine puissance, il est demandé au croyant de faire tous les efforts possibles parallèlement à ce que Dieu a fait (cf. #Ph 2:12-13 ; #Col 1:28-29).

 

joindre à votre foi. « Joindre à » traduit un verbe grec signifiant pourvoir avec prodigalité et générosité. Dans la culture grecque, il désignait l’action d’un « chorège » responsable de subvenir à tous les besoins des choristes pour une représentation. Le mot n’évoqua jamais un financement modéré, mais au contraire un don généreux en vue d’offrir un spectacle majestueux. Dieu nous a donné la foi et toutes les grâces nécessaires à la sainteté (vv. #2P 1:3-4). Nous en ajoutons par notre consécration assidue à manifester la justice.

 

vertu. Apparaissant en premier dans la liste des qualités morales que fournit Pierre, ce mot désignait en grec classique la capacité donnée par la divinité d’accomplir des actions héroïques. Il décrivait aussi la qualité de vie qui caractérisait une personne remarquable. Il ne s’agissait pas d’une vertu cachée ou d’une simple disposition, mais d’une qualité qui se manifestait clairement dans la vie. Pierre parle ici d’une énergie morale, de la puissance qui donne lieu à des actes d’excellence.

 

connaissance. C’est-à-dire la capacité de comprendre, la vision correcte des choses, la vérité correctement saisie et appliquée. Elle implique une étude assidue et une recherche de la vérité dans la Parole de Dieu.

 

6  à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété,

 

maîtrise de soi. À l’époque de Pierre, on parlait de maîtrise de soi à propos des athlètes qui devaient se contrôler, se discipliner. Ainsi, un chrétien doit maîtriser la chair, les passions et les désirs charnels, et ne pas se laisser dominer par eux (cf. #1Co 9:27 ; #Ga 5:22, #Ga 5:24). Guidée par la connaissance, la vertu discipline le désir pour en faire le serviteur, non le maître, de la vie.

 

patience. C’est-à-dire la persévérance à faire ce qui est juste, sans céder à la tentation et sans abandonner dans l’épreuve. La patience est la force spirituelle qui pousse à persévérer coûte que coûte. C’est la vertu qui permet de tout supporter, non par résignation simplement, mais dans une attitude d’espoir.

 

piété. Être pieux, c’est vivre avec respect, loyauté et obéissance envers Dieu. Pierre souligne que le véritable croyant ne devrait pas demander quoi que ce soit de plus à Dieu (comme si quelque chose lui manquait pour développer sa croissance, sa force et sa persévérance) afin de devenir pieux, car il bénéficie déjà de toutes les ressources spirituelles pour vivre, développer et perfectionner une vie de piété.

 

7  à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité.

 

amitié fraternelle. C’est-à-dire l’affection entre frères, prête au sacrifice mutuel (cf. #1Jn 4:20).

 

amour. Voir #1Co 13 ; #1Pi 4:8.

 

8  Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ.

 

point oisifs. Être oisif, c’est être inactif, indolent et inutile (cf. #Tit 1:12 ; #Ja 2:20-22). Si les vertus mentionnées aux vv. #2P 1:5-7 se développent dans la vie d’un chrétien, il ne sera ni inutile ni inefficace.

 

ni stériles. C’est-à-dire improductifs (cf. #Mt 13: 22 ; #Ep 5:11 ; #2Th 3:14 ; #Jude 12). Lorsque les vertus chrétiennes (vv. #2P 1:5-7) manquent dans la vie d’un croyant, on ne peut le distinguer d’un malfaiteur ou d’un croyant superficiel. Mais lorsqu’elles se développent, la « nature divine » en lui se manifeste.

 

9  Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés.

 

ces choses. Les qualités mentionnées aux vv. #2P 1:5-7 (voir v. 10).

 

aveugle, il ne voit pas de loin. Si une personne professe la foi chrétienne mais n’a pas les vertus mentionnées ci-dessus, elle est par conséquent incapable de discerner sa véritable condition spirituelle et ne peut donc avoir aucune assurance de son salut.

 

en oubli. L’absence de recherche assidue des vertus spirituelles produit l’amnésie spirituelle. Incapable de discerner sa propre condition spirituelle, on ne peut alors avoir aucune confiance en sa profession de foi. Certes, on peut être sauvé et posséder toutes les bénédictions des vv. #2P 1:3-4, mais sans les qualités des vv. #2P 1:5-7 on vivra dans le doute et la crainte.

 

10  C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection ; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais.

 

affermir votre vocation et votre élection. « Affermir » pourrait se traduire « rendre sûres, certaines ». Cela exprime le but visé par Pierre aux vv. #2P 1:5-9. Bien que Dieu connaisse ses élus et leur ait assuré un salut éternel ;  cf. #Ro 8:31-39), le chrétien pourrait douter de son salut. La sécurité est le fait, révélé par le Saint-Esprit, que le salut est éternel. L’assurance est la confiance personnelle que l’on possède ce salut éternel. En d’autres termes, le croyant qui recherche les qualités spirituelles mentionnées plus haut a l’assurance, grâce au fruit spirituel qu’il produit, d’avoir été appelé (cf. v. #2P 1:3 ; #Ro 8:30 ; #1Pi 2:21) et choisi (cf. #1Pi 1:2) par Dieu pour le salut.

 

ne broncherez jamais. Si le chrétien recherche les qualités des vv. #2P 1:5-7 et constate que sa vie est utile et porte du fruit (v. #2P 1:8), il ne sombrera pas dans le doute, le désespoir, la peur et la remise en question, mais jouira de l’assurance de son salut.

 

11  C’est ainsi, en effet, que l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera pleinement accordée.

 

dans le royaume éternel …  largement accordée. Pierre aligne les mots pour susciter la joie dans le cœur du chrétien lassé. Une large entrée dans les cieux est à la fois une espérance et la réalité pour celui qui vit une vie fidèle et fructueuse sur la terre. Le chrétien qui recherche les vertus précitées (vv. #2P 1:5-7) jouira non seulement de l’assurance dans le présent, mais d’une riche récompense dans la vie future (cf. #1Co 4:5 ; #Ap 22: 12).

 

12 ¶  Voilà pourquoi je prendrai soin de vous rappeler ces choses, bien que vous les sachiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente.

 

1:12-13

Voilà pourquoi. La vérité doit toujours être répétée, car les croyants l’oublient très facilement. Cf. #2Th 2:5 ; #Jude 5.

 

13  Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par des avertissements,

 

1:13-14

tente. La mort est décrite comme l’abandon de notre tente, c’est-à-dire notre corps (cf. #2Co 5:1). Pierre avait environ 70 ans lorsqu’il écrivit cette lettre (probablement d’une prison romaine), et il s’attendait à mourir bientôt. La persécution de Néron avait commencé, et il subit le martyre peu après la rédaction de cette épître. La tradition rapporte qu’il fut crucifié la tête en bas, parce qu’il se jugeait indigne d’être crucifié comme son Seigneur.

 

14  car je sais que je la quitterai subitement, ainsi que notre Seigneur Jésus-Christ me l’a fait connaître.

 

Jésus-Christ me l’a fait connaître. Christ avait annoncé la mort de Pierre environ 40 ans plus tôt.

 

15  Mais j’aurai soin qu’après mon départ vous puissiez toujours vous souvenir de ces choses.

 

après mon départ. Pierre rédigea cette lettre pour fournir un rappel permanent de la vérité au peuple de Dieu après sa propre mort.

 

16 ¶  Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais c’est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux.

 

des fables habilement conçues. Le mot « fables » désignait des histoires mythiques sur les dieux et les miracles (cf. #1Ti 1:4 ; #1Ti 4:7 ; #2Ti 4:4 ; #Tit 1:14). Conscient que de faux docteurs et leurs disciples essaieraient de discréditer cette lettre, et qu’il était probablement déjà accusé d’inventer des fables et des mythes afin que les gens le suivent et qu’ainsi il puisse lui-même acquérir des richesses, du pouvoir et du prestige  à l’instar de ce que recherchaient les faux docteurs - Pierre apporta des preuves, dans les vv. suivants, qu’il écrivait bel et bien la vérité de Dieu en tant qu’auteur authentiquement inspiré.

 

fait connaître. Terme quelque peu technique qui désignait la transmission d’une nouvelle révélation, de quelque chose d’inconnu jusqu’alors.

 

la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. Puisqu’il n’y a qu’un seul article défini dans cette expression en grec, le sens est « le puissant avènement » ou « la venue en puissance ». Les faux docteurs avaient essayé de discréditer la doctrine de la seconde venue de Christ (voir #2P 3:3-4) dont Pierre avait parlé (#1Pi 1:3-7, #1Pi 1:13 ; #1Pi 4:13).

 

vu sa majesté de nos propres yeux. Le « nous », dans cette phrase, désigne les apôtres. Dans un sens, tous les apôtres avaient été témoins de la majesté de Christ, surtout de ses miracles, de sa résurrection corporelle et de son ascension au ciel. Toutefois, Pierre fait allusion à un événement plus précis qu’il décrira au v. suivant, celui de la transfiguration. La splendeur du royaume de Christ révélée lors de cet événement donnait un avant-goût de sa majesté, qui se manifestera pleinement lors de sa seconde venue (cf. #Mt 16: 28 ). La transfiguration était une vision momentanée de la gloire qui sera dévoilée lors de la révélation finale, l’apocalypse de Jésus-Christ (#Ap 1:1). Il faut relever que le ministère terrestre de Jésus (guérir, enseigner et rassembler des âmes dans son royaume) donnait un avant-goût du royaume terrestre qu’il établira à son retour.

 

17  Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

 

la gloire magnifique. Une allusion à la nuée de gloire sur la montagne de la transfiguration, nuée d’où Dieu parla aux disciples (#Mt 17: 5).

 

Celui-ci est mon Fils bien-aimé. C’est-à-dire « Celui-ci est par essence avec moi ». Le Père affirmait ainsi la divinité de Christ (cf. #Mt 17: 5 ; #Lu 9:27-36).

 

18  Et nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne.

 

lorsque nous étions avec lui. Pierre sous-entend ainsi qu’il n’y a aucune raison de croire les faux docteurs qui nient la majesté et la seconde venue de Christ, puisqu’ils n’étaient pas sur la montagne lors de la transfiguration pour voir les prémices du royaume et de la gloire de Christ, alors que Jacques, Jean et lui y étaient.

 

19 ¶  Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs ;

 

d’autant plus certaine. Cette traduction pourrait indiquer que le récit oculaire de la majesté de Christ lors de la transfiguration confirme les Écritures. L’ordre des mots en grec induit cependant une autre compréhension: « Et nous avons la parole des prophètes, qui est plus sûre. » Selon cette interprétation, Pierre classait l’Écriture au-dessus de l’expérience. La parole prophétique (l’Écriture) est plus complète, plus permanente et fait plus autorité que l’expérience de qui que ce soit. En outre, la Parole de Dieu permet de vérifier, de façon plus sûre que les expériences personnelles des apôtres eux-mêmes, des enseignements sur la personne de Christ, son œuvre d’expiation et sa seconde venue.

 

la parole prophétique. La « parole prophétique » désigne non seulement les petits et grands prophètes de l’A.T., mais tout l’A.T. Tout l’A.T. fut écrit par des « prophètes » au sens où ses rédacteurs dirent et écrivirent la Parole de Dieu, conformément à la tâche assignée aux prophètes, et portèrent, d’une certaine manière, leurs regards vers la venue du Messie (cf. #Lu 24: 27).

 

vous faites bien de prêter attention. Pierre recommanda aux croyants qui allaient être confrontés à des faux enseignants de porter une attention particulière à l’Écriture.

 

une lampe qui brille dans un lieu obscur. Les ténèbres de ce monde déchu empêchent les hommes de voir la vérité, jusqu’à ce que la lumière brille. La lumière est la lampe de la révélation, la Parole de Dieu (cf. #Ps 119:105 ; #Jn 17: 17).

 

le jour vienne à paraître …  l’étoile du matin se lève. Ces images, simultanées, renvoient à la parousie, c’est-à-dire à l’avènement de Jésus-Christ (cf. #Lu 1:78 ; #Ap 2:28 ; #Ap 22: 16).

 

dans vos cœurs. L’impact de la seconde venue de Christ transformera non seulement l’univers d’un point de vue extérieur (#2P 3:7-13), mais aussi l’être intérieur des croyants qui seront alors en vie, ôtant définitivement chacun de leurs doutes. La révélation parfaite, mais limitée, des Écritures sera remplacée par la révélation parfaite et complète de Jésus-Christ lors de sa seconde venue (cf. #Jn 14:7-11 ; #Jn 21: 25). Les Écritures seront alors accomplies; les croyants, rendus semblables à Christ (#1Jn 3:1-2), auront une connaissance parfaite, et toute prophétie sera abolie.

 

20  sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Écriture ne peut être un objet d’interprétation particulière,

 

sachez tout d’abord. Un appel à reconnaître comme prioritaire la vérité divine qui affirme que l’Écriture n’est pas d’origine humaine.

 

prophétie de l’Écriture. C’est-à-dire toute l’Écriture. Le terme désignait premièrement l’ensemble de l’A.T., puis le N.T..

 

interprétation particulière. Le mot grec pour « interprétation » porte la notion de « délier », comme pour dire qu’aucune Écriture n’est le résultat de l’action d’un quelconque être humain qui aurait, dans son coin, détaché la vérité. L’objectif de Pierre n’est pas d’expliquer comment interpréter l’Écriture, mais plutôt d’expliquer comment elle a surgi et quelle est sa source. Les faux prophètes dénouaient et déliaient leurs propres idées. Mais aucune révélation de Dieu ne fut dévoilée ou révélée à partir d’une source humaine ni à partir de la compréhension personnelle des prophètes (voir v. 21).

 

21  car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu.

 

par une volonté d’homme. Comme l’Écriture n’est pas d’origine humaine, elle n’est pas non plus le résultat de la volonté humaine. La phrase insiste sur le fait qu’aucune partie de l’Écriture, à aucun moment, ne fut jamais écrite parce que les hommes le voulaient. La Bible n’est pas le produit d’efforts humains. En fait, les prophètes écrivirent parfois sans vraiment comprendre (#1Pi 1:10-11), mais restèrent néanmoins fidèles à ce que Dieu leur révélait.

 

poussés par le Saint-Esprit. Grammaticalement, cela signifie qu’ils étaient constamment portés et emportés par l’Esprit de Dieu (cf. #Lu 1:70 ; « se laisser aller ou emporter » #Ac 27:15, #Ac 27:17). Le Saint-Esprit est ainsi l’auteur et l’initiateur divin, le producteur des Écritures. Rien que dans l’A.T., les auteurs humains font plus de 3800 fois allusion à leurs écrits comme étant les paroles de Dieu (p. ex. #Jér 1:4 ; cf. #Ro 3:2 ; #1Co 2:10 ; #2P 3:2). Bien que les hommes aient été actifs plutôt que passifs dans le processus de rédaction de l’Écriture, Dieu le Saint-Esprit les a dirigés pour qu’ils composent et rapportent sans erreur les mots exacts qu’il voulait qu’ils écrivent, tout en utilisant leur personnalité, leur manière de penser et leur vocabulaire. Les manuscrits originaux de l’Écriture sont par conséquent inspirés, c’est-à-dire révélés par Dieu (cf. #2Ti 3:16), et infaillibles, c’est-à-dire sans erreur (#Jn 10:34-35 ; #Jn 17: 17 ; #Tit 1:2). Pierre décrit ainsi le processus d’inspiration qui donna naissance au texte original infaillible (cf. #Pr 30:5 ; #1Co 14: 36 ; #1Th 2:13).

http://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/

APOCALYPSE OR REVELATION 1: 1 à 20

01/01/2017 23:57
Sujet de ce livre  - Adresse et salutation  - La venue du Christ  - Jésus-Christ se révèle à Jean et Lui ordonne d'écrire aux pasteurs des sept Eglises d'Asie   Apocalypse 1 : 1-20***Revelation 1 : 1-20 1:1 Révélation de Jésus-Christ, qu'il a reçue de...
01/12/2016 00:01
PAROLES DE JÉSUS-CHRIST  EN ROUGES   Apocalypse 1 : 1 À 20 *** + NOTES DE JOHN MACARTHUR   1 ¶  Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son...
09/08/2013 11:56
BIBLE AUDIO FRANÇAIS OU ANGLAIS FRENCH OR ENGLISH AUDIO BIBLE www.enseignemoi.com/bible/audio/
Objets: 1 - 3 Sur 3

Contact